12/01/2017

Qui sont les intégristes ?

J'ai relevé il y a peu que initiative lancée "contre l’intégrisme religieux" était pour le moins peu constructive et susceptible de créer des antagonismes hautement regrettables (les Anglo-Saxons diraient "produira beaucoup plus de chaleur que de lumière"). Ci-dessous des extrais d'un billet d’une observatrice expérimentée de notre société, l’ancienne conseillère nationale Anne-Catherine Menétrey, paru dans Le Courrier il y a quelques jours:

"Le canton de Vaud a élaboré une loi fort raisonnable sur la reconnaissance des communautés religieuses,  contre laquelle des intégristes (c'est Jean Matin qui souligne) chrétiens ou laïcistes, au nom de la lutte contre l’intégrisme, se sont mis en ordre de bataille : une initiative populaire de l’UDC n’attend que l’ouverture de la chasse aux électeurs, à la mi-janvier,pour démarrer. Cette entreprise s’appuie sur ce que les experts en communication nomment des post-vérités, c’est-à-dire des mensonges. On voudrait nous faire croire que la loi adoptée par le Grand Conseil  est un machine à distribuer (aux musulmans, bien sûr, qui d’autres?) des subventions, des privilèges, des passe-droits.Or le texte dit tout le  contraire. Il ne vaudrait même pas la peine d’en parler si ces croisades restaient confinées en terre vaudoise. Ce n’est pas le cas. A Genève, on se déchire sur le sens même de laïcité. Les manières de vivre, les rituels particuliers, doivent-il devenir des critères d’exclusion ? Qu’on se dise bonjour en s’embrassant (trois fois s’il vous plaît), en  tendant la main ou en la posant sur le cœur, ce sont des manières respectables, non ?  Même si la main sur le cœur est un rituel musulman."

On ne saurait mieux dire.

08/01/2017

L'initiative qui prétend clarifier mais qui attise l'animosité et le rejet

Une initiative dite "contre l'intégrisme religieux" est lancée par l'UDC, en rapport avec la reconnaissance de communautés religieuses dans notre canton, sujet qui est pourtant déjà très clairement précisé dans notre nouvelle Constitution et dans une loi subséquente.

J'aimerais attirer l'attention sur la remarquable démonstration que fait ma collègue Marie-Denise Schaller, professeure au CHUV et présidente des catholiques vaudois, du fait que cette initiative est tout à fait inutile - et est même, selon ses termes, une mystification (24 heures du 22 décembre 2016).

Selon ses auteurs, cette démarche voudrait éviter que des pratiques autres ne viennent « contaminer » le fondement chrétien de notre société. Protestant pratiquant, je suis aussi intéressé que l’UDC Vaud à maintenir et promouvoir ces valeurs – tout en réalisant qu’il n’est pas exclu que nous n’en ayons pas la même conception. L’idée d’une sorte d’« identité pure » propre aux Vaudois de souche (merci ici de nous dire comment on définit ces vrais Vaudois par rapport aux faux) est une fiction. Notre société - et pour l’essentiel nous nous en trouvons très bien, a su adopter beaucoup des aspects constructifs de l’évolution des 50 dernières années ; elle est mobile, elle est diverse (et la différence c’est enrichissant).

Tout à fait d’accord de cultiver nos valeurs de nature religieuse, comme d’ailleurs les traditions culturelles, artistiques, sportives qui ont une saveur particulière « de chez nous » - en fait, ceux qui parmi nous sont d’une origine différente s’y associent souvent. Mais il serait préférable que, disant vouloir oeuvrer positivement, on ne fasse pas trop de mal…  Or, l’initiative qui nous est proposée prend les choses par le mauvais bout en voulant étiqueter (négativement), limiter, interdire. Contrairement à ce qui est prétendu et comme le montre Madame Schaller, loin de clarifier, loin de promouvoir la bonne entente, elle fait le lit de l’animosité, de l’agressivité, du rejet. Triste programme.

 

 

01/01/2017

Pharmas, médecine - Des questions que les gens posent (suite et fin)

C’est pour cela que la lutte et la prévention d’affections qui font des centaines de millions de malades chroniques et beaucoup de morts, mais qui touchent peu le Nord, ont avancé lentement. On pense au paludisme, à la tuberculose (qui a pratiquement disparu de nos pays), à des parasitoses et autres maladies exotiques. Par contre, on peut noter que pour le VIH/sida apparu dans les années 1980, beaucoup plus d’efforts ont été consentis, parce que le sida a touché, dans les pays développés aussi, certains groupes qui ont sensibilisé les milieux politiques et économiques concernés de manière à obtenir des financements conséquents.

Cette « négligence » des problèmes des régions pauvres est infiniment  regrettable… On peut parler de grave manque d'éthique sociale. Idéalement, dans ce domaine et d’autres, un impératif de responsabilité planétaire (y compris écologique et climatique) devrait être intégré par les acteurs de l’économie comme par les pouvoirs publics et la société civile.

Autre point : oui, on peut dire que les médicaments sont « contre nature ». En un sens, toute la médecine cherche à éviter ou guérir ou soulager les atteintes dues à la nature. Si on laissait notre organisme exposé à tout ce que « propose » notre milieu de vie, peut-être serait-ce magnifique du point de vue de tes camarades, mais nous serions en bien mauvaise santé et vivrions beaucoup moins longtemps. Il y aurait énormément de « casse » prématurée suite aux infections, accidents, aux grossesses et accouchements difficiles, aux décès de petits enfants etc. etc. Effectivement, d’une certaine manière, la médecine lutte contre l’environnement qui ne nous veut pas toujours du bien.

Un chiffre : ces dernières décennies, l’espérance de vie dans nos pays a augmenté d’une année tous les quatre ans ; par rapport à il y a quarante ans, la population vit dix ans de plus en moyenne ! Ce n’est pas dû uniquement à la médecine mais elle a joué là un rôle notable.

Où je ne suis pas du tout d'accord, c’est à propos d’une prétendue non-efficacité des médicaments. Il y a des produits dits "de confort » dont on pourrait se passer; sauf exception, il est inutile de prendre des suppléments vitaminiques; les pharmas font certaines recherches sur des créneaux où il y a de l'argent à gagner mais pas vraiment de gains significatifs de santé à espérer... Par contre, des quantités de médicaments sont efficaces et utiles, les antibiotiques parmi d’autres (même si on les utilise aujourd’hui de manière  excessive et que certaines bactéries deviennent  résistantes à tous). Les médicaments ont apporté de grandes contributions aux progrès dans les soins intensifs, la chirurgie moderne et le traitement des cancers, entre autres.

Enfin : Magnifique ce que tu me dis de l'écoute de ton propre corps. Continue à t’intéresser  à ce qui permet sans médecine de garder un bon équilibre de vie.
Cela étant, si tes amis ou toi deviez souffrir  d'une affection grave ou que vous vous cassiez en morceaux dans un accident, je serais heureux que vous  consentiez à voir (aussi) mes confrères orthodoxes. Enfin et de plus, les médecins d’aujourd’hui devraient accepter de bonne grâce que leurs malades fassent appel à la médecine occidentale et à des techniques complémentaires qui ont d’autres fondements (encore qu’il soit vrai que tous n’acceptent pas encore cette attitude des patients et le dialogue avec eux sur ces sujets).