16/10/2020

Acquittement à Genève - Cela me fait de la peine pour les Vaudois

En toute humilité, je prétends être un Vaudois pur sucre, "de sorte" comme on dit chez nous. Fils et frère de vigneron dans la région de Morges, je suis enraciné dans la terre du coteau des Abbesses. D'où je suis parti au nom du principe "J'ai des racines, je m’en sers pour avancer".

Il m’arrive de ne pas craindre d'aller dans le sens du "Y en a point comme nous". Nous sommes un peu lents, campagnards, mais nous avons de solides qualités (vertus ?) aussi.

C'est dire que j'ai été très déçu pour nous, en apprenant le 15 octobre que, à Genève, une justice éclairée, appréciant lucidement où nous sommes et où nous allons, a acquitté en appel un militant pro-climat qui avait décoré la façade du Credit Suisse local d'une main rouge. La Cour a admis que ce jeune homme avait agi en état de nécessité. Remarquable - et si juste.

C'est aussi ce qu'avait relevé le 13 janvier dernier, à Renens, le Juge Philippe Colelough, s'agissant de 12 jeunes tennismen/women qui avaient voulu pratiquer leur sport au Credit Suisse lausannois. Mais, mal orienté, mal inspiré, myope, le Parquet vaudois a fait recours, recours gagné il y a trois semaines.

Je suis donc triste pour le le bon sens et la sagesse de mes concitoyens vaudois. Toujours un peu lents, c'est vrai, notre procureur en a aussi donné une nouvelle preuve.  Manque de discernement, difficulté à saisir à temps la réalité. Mais ne perdre espoir, le sens de l’histoire est clair.

14/02/2020

Vote sur l'homophobie - les Vaudois confirment leur salutaire ouverture

 Les électeurs de notre canton acceptent la modification proposée du Code pénal à 80% (quatre contre un !) alors que des cantons alémaniques sont tièdes et que deux et demi refusent. Incroyable ? Parce que ces enjeux m’ont concerné professionnellement, j‘aimerais souligner que ces choses ne surviennent pas par hasard mais sont un résultat d’un demi-siècle d’engagements - ceci dit en toute modestie.

Mon confrère Charles Bugnon, le médecin de Thierrens qui a promu courageusement, dès les années 1960, l’éducation sexuelle à l’école, doit se retourner d’aise dans sa tombe. Contre l’hostilité voire les insultes de notables civils et religieux, il a été un précurseur majeur. Avec et après lui, décennie après décennie, des éducateurs, enseignants, médecins et soignants, d’autres encore, se sont engagés, ont développé des programmes éducatifs ouverts, objectifs, et ont permis l’évolution libérale, et respectueuse, des attitudes et pratiques – bénéficiant aussi de la bonne volonté des pouvoirs publics. Cela a eu de bons effets en particulier, dans les années 80 et 90, dans la gestion de l’épopée sida. Même si rien n’est jamais parfait, les changements dans les attitudes vis-vis de l’homosexualité, et maintenant des LGBTI en général, sont simplement remarquables.

Le vote de dimanche n‘est pas une première, dans d’autres scrutins déjà nos concitoyens se sont montrés ouverts sur les enjeux de société et sensibles à la situation de personnes qui, à divers égards et sans faute aucune de leur part, sont l’objet de critiques, ragots, discriminations.

 

14/01/2020

Une découverte importante qui les étonne : y a-t-il un problème avec le climat ?...

Dans son verdict d'hier lundi dans le procès des jeunes activistes qui ont passé une heure dans le lobby de l'agence de Lausanne de Credit suisse il y a un an, le Tribunal leur accorde d'avoir agi en état de nécessité. Point d’importance majeure. Cela veut dire qu'il y avait danger imminent, pas détournable par d'autres moyens et qui menace sérieusement leurs santés voire leurs vies.

Intéressant de voir comment un certain nombre de notables, entre autres politiques et juristes, semblent découvrir qu'il y a dérèglement climatique. Sortent-ils d'un long coma, d'un séjour sur une ile perdue loin du monde? Où donc est cette urgence, demandent-ils?

Il y a là une illustration de l'attitude qui nous est actuellement trop fréquemment servie, consistant à penser que les faits scientifiques établis depuis une quarantaine d'années, sur lesquels plus des 95% de la communauté scientifique se rejoignent et dont les effets se font de sentir de plus en plus vivement (voir les incendies en Australie en ce moment, ou la fonte des calottes polaires) ne valent pas mieux que les convictions ou intuitions personnelles de chacun. Un peu court, trop simple. Mais bien sûr ces faits nous sortent de notre zone de confort.

Alors lesdits notables en restent à leurs conversations, imperméables aux dangers qui se concrétisent chaque jour un peu plus, indifférents à l'idée que ce serait mieux si nos petits-enfants bénéficiaient encore de conditions de vie vivables. Business as usual ...