27/04/2007

A propos de nanotechnologies... de mariages entre l'inerte et l'humain

Les nanotechnologies font beaucoup parler. S’il paraît certain qu’elles présentent des potentiels majeurs, les avis divergent sur les risques que ces développements peuvent faire courir (mon collègue député André Châtelain, pour qui j’ai de l’estime et de l’amitié, pense que ces craintes sont surfaites). A cet égard, intéressante lecture dans la Revue médicale suisse (Genève), du 18 avril 2007, sous la plume de J.-Y. Nau commentant deux ouvrages récents sur le sujet. Quelques éléments : « Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, un dialogue entre le cerveau humain et des réseaux électroniques est bel et bien en train de devenir une réalité » ; dans les recherches actuelles, « la frontière est parfois ténue entre la visée thérapeutique et d’autres objectifs : normaliser les individus, augmenter l’humain… » . Augmentation de l’humain qui va dans le sens de ceux qui parlent de transhumanisme, d’aller au-delà de ce que nous sommes depuis des dizaines de milliers d’années, vers un être humain amélioré, un surhomme… « Mais quid, au final , de ces mariages entre l’inerte et l’humain, entre science et conscience », dit Nau.
Il cite un journaliste scientifique du Monde : « Les puces radio-communicantes laissent entrevoir une société dans laquelle, à tout moment, il sera possible de contrôler les plus intimes détails de la vie privée des citoyens ». On frissonne un peu…Et d’évoquer à propos de ces puces, de ce que pourrait permettre les nanotechnologies, l’émergence de « Small Brothers » (petits frères) (de very small brothers !), par analogie au Big Brother du fameux "1984" de George Orwell - on pense aussi bien sûr au "Brave New World" de Aldous Huxley. Un Monde Nouveau qui ne cessera sans doute pas de nous étonner – quant à moi, s’il ne fait que nous étonner, ce ne sera pas trop grave.
Un de mes maîtres américains de santé publique nous disait il y a plus de 30 ans « There is a great future for complexity » (la complexité a un grand avenir). Qui peut en douter ?

10:39 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.