18/06/2007

D'ores et déjà: cohabitation et collaboration avec les musulmans

On sait combien sont vives, dans certains quartiers politiques, les inquiétudes à propos de l’Islam, qu’on tend à diaboliser dans le même temps qu’on stigmatise les mouvances islamistes. Alors que ce n’est tout de même pas la même chose - mais c’est politiquement expédient! On affirme le faire au motif de défendre l’Occident chrétien - ou du moins de culture historique chrétienne. Je me suis exprimé à ce sujet dans ce blog le 5 mai dernier (« Ces bons chrétiens antiminarets »).
Celles et ceux qui se préoccupent de relations humaines, voire fraternelles, avec les musulmans de notre pays seront intéressés par le passage suivant du Rapport du Conseil synodal (exécutif) sur l’état de l’Eglise évangélique réformée vaudoise pour 2006, à sa page 16 (plus d’infos sur www.protestant.ch/eerv). Je cite :
« Pour les aumôniers en milieu pénitentiaire, la perspective des missions à exercer en commun avec l’Eglise catholique est largement dépassée puisque, dans ce secteur, on a déjà passé au stade de la collaboration interreligieuse, et notamment avec la communauté musulmane. Les cultes, par exemple, attendus et toujours bien suivis, voient des musulmans y participer ! Et les aumôniers sont aux côtés des imams pour leur faciliter l’organisation de la prière du vendredi. En prison, la collaboration oecuménique et interreligieuse prend tout son sens : au-delà de l’appartenance confessionnelle ou religieuse, la compétence et la qualité de la relation des intervenants sont importantes ».
Intéressant, non ? Je peux imaginer comment des fondamentalistes d’un bord ou de l’autre trouveront à redire à ce travail commun. Pour ma part, dans une époque et une société où il est essentiel d’affirmer la dimension spirituelle de la personne, et où l’écoute et le respect de l’autre sont à cet égard une précondition indispensable, je le salue.

Les commentaires sont fermés.