13/09/2007

Lettre à Dominique Kohli


 Cher Ami,
Quelques mots afin de dire ma gratitude pour ce que, par la presse, j’apprends de ta contribution à la résolution du Grand Conseil, le 11 septembre, déplorant une propagande politique dont le style – si on peut dire - va bien au delà de la volonté d’animer une campagne. Telle personnalité a dit que c’est la loi du genre que de « forcer le trait »… Tout de même : entre affirmer des positions claires, d’une part, et d’autre part lancer à tout vent, et sur tous les panneaux d’affichage du pays, des messages ouvertement xénophobes aux accents méprisants, il y a une distance… que les tribuns de l’UDC franchissent allègrement. A vrai dire, il serait (aussi) très préoccupant d’imaginer que ces personnes ne réalisent pas pleinement le caractère excessif, irrespecteux de leur prochain, raciste par moments, de leurs slogans. La vigoureuse confrontation d’idées, dans la clarté et la loyauté, n’a rien à voir avec le fait d’offrir à l’opprobre public des groupes entiers de nos congénères.
Puisque la notion de complot est à la mode, j’ose redire que, à mon sens, nous assistons à un complot contre la Suisse par ceux-là même qui, si haut et si fort, prétendent la défendre. Un attentat contre nos meilleures valeurs. Au delà des aspects éthiques, plusieurs commentateurs avisés soulignent ces jours comment cette « Frontnationalisation » du pays est en train d’altérer gravement notre image au dehors, notamment dans des milieux dont la collaboration est indispensable dans les domaines où se trouve l’avenir de la Suisse : enseignement et recherche - Hautes Ecoles -, tourisme, rôles de bons offices internationaux, peut-être même en ce qui  concerne la place financière.
Triste situation, inquiétante +++. Au milieu de quoi la clarté de tes prises de position publiques récentes est encourageante. Tu n’es pas le seul à réagir avec force mais certains des mandats que tu assumes ne te rendaient pas la tâche facile. Tu aurais pu prétexter des excuses pour « regarder ailleurs », comme le font encore trop de personnes de notre bord politique - même si le Grand Conseil a montré une belle unanimité.
Respect pour toi. Et merci de continuer à parler humanisme, respect du droit national et international ratifié par notre pays, et surtout respect de l’autre. 
.

07:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.