05/03/2008

Bienheureusement, le Tribunal fédéral existe !

 

Une décision communale argovienne avait dénié la naturalisation suisse à deux femmes raisonnablement intégrées, vivant en Suisse depuis plus de vingt ans, au motif qu’elles portaient le voile… Le Tribunal fédéral vient de casser cette décision.

 

On « s’émerveille » (!) devant les positions disproportionnées liées à la passion de certains de garder à notre pays une pureté ethno-culturelle qu’il n’a jamais eue… Que la naturalisation soit mise en cause par des délits et des crimes, par une action idéologique et de propagande publique clairement attentatoire aux droits de la personne ou qui va à l’encontre des intérêts de la Suisse, ou encore parce que le candidat n’a manifestement pas compris des aspects essentiels du mode de vie et du cadre socio-juridique qui nous régit, OK. Sans doute. Mais qu’on la dénie à la faveur d’une interprétation (tout de même subjective !) telle que
« quel qu’il soit, le port du voile montre toujours une soumission inacceptable à l’homme », cela est contraire au principe majeur de la proportionnalité nécessaire, impérative, entre la circonstance critiquée et la sanction. En termes d’aveuglement ethno-centré, ce n’est pas loin de « donner une idée de l’infini » comme disait Coluche. Entre nous, il n’est pas rare que j’aie trouvé réellement élégantes (on me dira que c’est une remarque sexiste…) des femmes musulmanes dans leur port du voile - bien plus élégantes, y compris dans leur discrétion, que certaines de nos hurluberlues locales et leurs accoutrements dont on me glisse qu’ils sont à la mode.

 

Au reste, Mesdames et Messieurs, verra-t-on bientôt des Suisses pur sucre s’opposer à la naturalisation de tel Hollandais qui s’obstine à porter des sabots, du Basque qui tient à son béret ou de l’Ecossais qui (de manière moralement équivoque) porte la jupe ?

 

Merci au Tribunal fédéral. N’oublions jamais notre chance qu’existe encore la séparation des pouvoirs, malgré les bruyants émois de ceux qui crient à la montée du pouvoir des juges. Je crains beaucoup plus quant à moi la montée de celui des idéologues populistes.

 

 

 

13:32 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Olegna,
Il ne faut pas mélaner le fait que des italiennes mettaient un petit foulard simplement parcequ'elles venaient d'un milieu simple comme l'ont fait beaucoup de paysannes suisses. Cela n'a RIEN A VOIR avec le religieux. Sur une interview du celèbre écrivain Marocain etr musuman Ben Jelloun à la RSR il a bien précisé que c'était une erreur d'accepter le voile islamique dans nos rues et dans les écoles. Il a précisé que le voile devait rester dans la sphère privée, c'est-à-dire à la maison ! Vous trouvez normal que des gamines de 13 ans soient obligées de se voiler ? Vous êtes tombé sur la tête ! Ce qu'il y a de grès grave c'est que nous sommes en train de revenir en arrière ! Sarko en France a eu raison d'interdire le voile à l'école. L'école doit rester un endroit laïque et toute forme de religion doit rester en dehors ! C'est là une première forme d'égalité !

Écrit par : genevois frontalier | 09/03/2008

genevois frontalier,
Je suis plus sensible à des avis de musulmans qui connaissent la situation de l'intérieur, donc l'avis de Ben Jelloun m'interpelle...
Je me trompe peut-être, mais je voyais dans cette histoire de foulard également une dimension culturelle et traditionnelle et pas seulement sa dimension religieuse.
Maintenant, je crois que l'école a ses règles et qu'elle doit les faire respecter. Pas question de donner des dispenses de gym ou de piscine ou de devoir renoncer à l'enseignement de certaines matières sous prétexte de respect des croyances!
Par contre, qu'une élève de 13 ans porte le voile, tout respectant les règles de l'école et les valeurs d'autrui, me paraît être plutôt une manière d'enseigner la tolérance à la différence. Elle pourra peut-être plus facilement se distancer de ces pratiques par la suite, si c'est son désir....

Écrit par : Olegna | 10/03/2008

Le peuple n'est rien d'autre qu'une addition de citoyens; le Tribunal fédéral est-il autre chose qu'un certain nombre de citoyens ? Pourtant, lui, devrait être "parfait" ? Il arrive que la doctrine ne soit guère tendre à l'encontre de certains jugements mais je ne garde pas souvenir d'un auteur qui lui aurait fait le reproche d'être arbitraire, encore que je reconnaisse volontiers ne maîtriser ni l'ensemble de la jurisprudence, ni l'entier de la doctrine juridique.

Écrit par : Madame Poppins | 30/04/2008

Les commentaires sont fermés.