08/04/2008

Mes amis du PAI-UDC vaudois, quand allez-vous vous réveiller?

 

 Comme citoyen et au cours d’une modeste carrière politique (Constituante et cinq ans de Grand Conseil), j’ai souvent il est vrai été critique, publiquement, des attitudes et intentions politiques de l’UDC blochérienne. Les volontés de fermeture, de mépris de tout ce qui n’est pas suisse(-allemand) pur sucre, de diabolisation de la Communauté européenne, parmi d’autres, sont diamétralement opposées à mes propre valeurs – étant entendu que j’admets évidemment qu’on puisse avoir d’autre idées que les miennes. Toutefois, il y a des membres de l’UDC que j’estime et quelques-un(e)s que je suis heureux de considérer comme des amis personnels.

 

 

Notamment pour l’avoir servi pendant plus d’un quart de siècle, je suis très attaché à ce canton, à ses formes de convivialité et, pour ce qui nous occupe ici, de respect de l’autre. A cet égard, j’ai constaté comment je peux sympathiser avec certains membres et élus de l’UDC (on se souvient que le PAI, dont est issu l’UDC-Vaud, était une dissidence au centre-gauche du parti radical). On y trouve des citoyennes et citoyens excellents, soucieux du bien public, totalement étrangers à la xénophobie du parti suisse. Qu’on me permette quelques noms parmi d’autres : les deux cousins Chollet (Jacques et Jean-Luc), les nouveaux parlementaires fédéraux vaudois, les excellents Alice Glauser et Jean-Pierre Grin – je suis moins enthousiaste s’agissant des autres conseillers nationaux qui paraissent avoir trop facilement « viré leur cuti » - par rapport à leurs positions modérées antérieures – à partir du moment où ils ont été vigoureusement exposés aux outrances des Blocher, Maurer, Mörgeli ou Freysinger.

 

 

Que ces personnes estimables puissent aujourd’hui rester aussi discrètes me sidère, m’atterre… Amies, amis, s’il vous plait réveillez-vous… Comment pouvez-vous être muets dans votre coin, vous regarder sans malaise dans la glace le matin alors que, de manière de plus en plus stridente et excessive, de manière de plus en plus rejetante de tous ceux qui ne sont pas des « clones » UDC, le parti national auquel vous vous ralliez se comporte de manière tellement suffisante, autoritaire, arrogante on peut bien le dire, comme le dépositaire unique de ce qui est digne de s’appeler suisse… Tout de même !

 

 

Chacune(e) est libre bien entendu, vous l’êtes aussi ; je ne suis qu’un ancien, un vieux schnock imprégné de libéralisme au sens large, un has been comme disent les Anglo-Saxons. Mais, vraiment, pensez-vous pouvoir longtemps encore garder ce mutisme devant des démarches (la dernière en date étant bien sûr les manoeuvres éhontées contre Madame Widmer-Schlumpf) qui n’ont rien à voir avec ce que vous êtes comme personnes et comme citoyen(ne)s ?

 

 

Dr Jean Martin , ancien médecin cantonal

 

13:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

On n'est jamais un "has been" lorsqu'on est attaché aux respects de certaines valeurs...

Écrit par : Madame Poppins | 11/04/2008

Les commentaires sont fermés.