06/06/2008

La prévention est un sport de combat

 

Sous ce titre tonique, le Professeur Fred Paccaud , de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne, publie dans le Bulletin des médecin suisses du 4 juin un article informatif et nécessaire, sur des manoeuvres pseudo-libérales visant à  couper les jarrets de programmes de prévention et promotion de la santé. Qu’on en juge :

 

 

Dans l’émission de la TV alémanique « 10 vor 10 », des membres d’associations professionnelles ont beaucoup critiqué l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui pourtant bénéficie me semble-t-il d’un bon renom dans le public. Fred Paccaud  : « Ces représentants réclamaient-ils du temps pour favoriser des reconversions ? Pas du tout ! Ils ont parlé de l’importance de la liberté individuelle, critiqué une santé publique liberticide, et condamné la dilapidation des deniers publics dans des interventions inutiles. Le pompon du cynisme revient au représentant des agences de publicité, qui a déclaré ne pas vouloir que l’OFSP nous dicte le contenu de notre assiette… ».

 

 

On croit rêver. Au cours d’un longue carrière de santé publique, et avec beaucoup d’autres, j’ai observé que la liberté de chacun de faire des choix adéquats est bien plus menacée par les matraquages publicitaires pour des produits nuisibles à la santé (à très grands frais et en très grands formats) que par les campagnes de prévention qui restent trop modestes, à cause de moyens financiers très chichement mesurés (alors que, à l’évidence, pour promouvoir des produits dangereux, money is no matter – aucune limite des possibilités de financement !).

 

 

Autre extrait dudit article : « Le vrai enjeu de cette campagne est de contrecarrer la mise sur pied d’une loi fédérale sur la prévention, qui devrait moderniser les différentes lois et ordonnances  qui, depuis la loi sur les épidémies de 1876… » (vous avez bien lu, 1876 !). Or, la prévention moderne, dit le Prof. Paccaud, « jouant à l’interface de l’environnement social et du style de vie, a fait la preuve de son efficacité, par exemple pour améliorer la santé dentaire, contrôler l’épidémie de VIH/sida ou diminuer la consommation de cigarettes ». Plus loin : «On peut s’attendre  à la multiplication des interventions faussement libérales et vraiment intéressées (commercialement) de la part de milieux touchés par la diminution de pratiques dont la toxicité est avérée ».

 

 

NB : Une alliance se forme sous la direction de l’association Santé Publique Suisse pour encourager les actions préventives et soutenir l’OFSP dans ce sens. Chaque personne préoccupée d’une meilleure santé de nos concitoyens peut se joindre à cette démarche sur le site www.public-health.ch.

 

 

 

09:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.