23/06/2008

Un signe que véritablement le vent tourne ?

 

 Bravo aux citoyens du district de la Sarine. Quelle bonne nouvelle que l’élection de Carl-Alex Ridoré comme leur Préfet. En toute modestie, je la salue en tant que citoyen attaché, au long d’une carrière consacrée à la santé publique et à l’éthique sociale dont huit ans passés outremer, aux échanges entre personnes d’origines différentes (ceci dit en me souvenant que, si sa famille est venue d’ailleurs, M. Ridoré est un enfant de ce pays où il a toujours vécu). Je m’en félicite aussi en tant que président de la section vaudoise de la LICRA.

 

 

Signe fort que donne Fribourg dans une ambiance nationale où, jusqu’à tout récemment, l’extrême-droite nationaliste assénait jusqu’à plus soif, avec un succès certain dans les consultations électorales, des messages à connotation raciste et xénophobe. Une indication encore, après plusieurs développements depuis décembre dernier, que la population - en tout cas une majorité jusqu’ici trop silencieuse - en a assez des allégations infondées à l’aide de chiffres utilisés abusivement et du rejet de tout ce qui ne bénéficie pas d’un label d’authenticité octroyé par un mouvement qui serait seul habilité à parler des valeurs suisses.

 

 

On peut même espérer que cette élection motive d’autant plus les modérés, les raisonnables et solides que compte encore ledit mouvement, à vouloir en son sein des changements d’orientations et de manières dont notre vie civique profiterait grandement.

 

 

 

12:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

10/06/2008

Bon vent à la Chambre cantonale consultative des immigrés !

 

Le Conseil d’Etat a nommé, dans sa séance du 28 mai, les vingt-trois personnes

 

constituant la Chambre cantonale consultative des immigrés. La CCCI a un rôle essentiel dans la mise en oeuvre de la loi cantonale sur l’intégration des étrangers et la prévention du racisme du 23 janvier 2007. Elle étudie les moyens d’améliorer l’intégration des étrangers et la lutte contre le racisme. Elle sensibilise le Gouvernement sur ces questions et émet des avis sur les projets de modifications des lois règlements dans ces domaines.

 

 

Pour la première fois, les associations de personnes étrangères ont été

 

consultées dans la procédure de nomination des membres de la CCCI. Les diversités

 

ethniques du canton ont évolué ces dernières années. C’est pourquoi les représentants,

 

notamment d’origine africaine et d’Amérique latine, sont plus nombreux au sein de la

 

Chambre que par le passé.

 

 

La section vaudoise de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) se félicite de cette mise en place. En toute modestie, elle est heureuse que ce soit sa vice-présidente, Me Gloria Capt, députée, qui soit chargée de présider la Commission. Elle veut croire que, avec l’efficace collaboration de Magaly Hanselmann, coordinatrice en matière d'intégration des étrangers et de prévention du racisme, la CCCI contribuera substantiellement à ce que notre canton soit à la pointe des réalisations en matière d’intégration des étrangers et de prévention et lutte contre xénophobie et racisme – et en général contre toute forme de  discrimination. Suivant en cela à vrai dire le peuple vaudois, si l’on en croit la manière très claire dont il a refusé (à plus de 80% !), lors de la votation du 1er juin, l’initiative sur les naturalisations dites « démocratiques ».

 

 

Quelques raisons donc de croire et d’espérer.

 

 

Dr Jean Martin , président de la LICRA

06/06/2008

La prévention est un sport de combat

 

Sous ce titre tonique, le Professeur Fred Paccaud , de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne, publie dans le Bulletin des médecin suisses du 4 juin un article informatif et nécessaire, sur des manoeuvres pseudo-libérales visant à  couper les jarrets de programmes de prévention et promotion de la santé. Qu’on en juge :

 

 

Dans l’émission de la TV alémanique « 10 vor 10 », des membres d’associations professionnelles ont beaucoup critiqué l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui pourtant bénéficie me semble-t-il d’un bon renom dans le public. Fred Paccaud  : « Ces représentants réclamaient-ils du temps pour favoriser des reconversions ? Pas du tout ! Ils ont parlé de l’importance de la liberté individuelle, critiqué une santé publique liberticide, et condamné la dilapidation des deniers publics dans des interventions inutiles. Le pompon du cynisme revient au représentant des agences de publicité, qui a déclaré ne pas vouloir que l’OFSP nous dicte le contenu de notre assiette… ».

 

 

On croit rêver. Au cours d’un longue carrière de santé publique, et avec beaucoup d’autres, j’ai observé que la liberté de chacun de faire des choix adéquats est bien plus menacée par les matraquages publicitaires pour des produits nuisibles à la santé (à très grands frais et en très grands formats) que par les campagnes de prévention qui restent trop modestes, à cause de moyens financiers très chichement mesurés (alors que, à l’évidence, pour promouvoir des produits dangereux, money is no matter – aucune limite des possibilités de financement !).

 

 

Autre extrait dudit article : « Le vrai enjeu de cette campagne est de contrecarrer la mise sur pied d’une loi fédérale sur la prévention, qui devrait moderniser les différentes lois et ordonnances  qui, depuis la loi sur les épidémies de 1876… » (vous avez bien lu, 1876 !). Or, la prévention moderne, dit le Prof. Paccaud, « jouant à l’interface de l’environnement social et du style de vie, a fait la preuve de son efficacité, par exemple pour améliorer la santé dentaire, contrôler l’épidémie de VIH/sida ou diminuer la consommation de cigarettes ». Plus loin : «On peut s’attendre  à la multiplication des interventions faussement libérales et vraiment intéressées (commercialement) de la part de milieux touchés par la diminution de pratiques dont la toxicité est avérée ».

 

 

NB : Une alliance se forme sous la direction de l’association Santé Publique Suisse pour encourager les actions préventives et soutenir l’OFSP dans ce sens. Chaque personne préoccupée d’une meilleure santé de nos concitoyens peut se joindre à cette démarche sur le site www.public-health.ch.

 

 

 

09:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)