24/09/2008

Les groupes d’entraide : un vrai plus, une aide précieuse pour beaucoup

 

Les groupes d’entraide autogérés, que les Anglo-saxons appellent self-help groups et les Alémaniques Selbsthilfegruppen, sont un développement important des dernières décennies. Leur principe est le suivant : des personnes « portant » (péniblement) le même problème se réunissent afin de mettre en commun leur vécu, leurs expériences, et en particulier la manière dont elles font face (ou ne parviennent pas à faire face) aux difficultés liées au dit problème. Ceci, il convient de le noter, sans être sous la direction, la « tutelle », de professionnels du domaine - ce qui n’empêche toutefois pas de faire appel aux connaissances ou à l’avis de professionnels quand le besoin s’en fait sentir. Mais l‘idée maîtresse est bien que ce sont avec leurs propres ressources et expériences que les membres du groupe s’appliquent à gérer au mieux leur souci.

 

 

Il y a de très nombreux groupes de ce type, partout dans le monde. NB : dans les régions en développement, les mouvements - en nombre croissant - de cultivateurs, artisans, petits entrepreneurs, qui créent des réseaux pour mieux travailler, participent d’une logique semblable : self-help. self-reliance.

 

 

Quelque 200 groupes en Suisse, coordonnés par 19 centres cantonaux ou régionaux. Les problèmes traités (une préoccupation précise et spécifique par groupe) entrent dans l’une ou l’autre des catégories suivantes : maladies chroniques et handicaps ; difficultés parentales (notamment parents d’enfants souffrant de certaines pathologies) et éducation ; désordres alimentaires ; difficultés psychiques ; personnes âgées ; dépendances ; questions de société (diverses formes de violence et abus, divorce, prostitution, etc.) ; travail-chômage.

 

 

Le 23 septembre a été présenté à Fribourg un ouvrage pratique fort bien fait qui sort de presse : Les groupes d’entraide autogérés – Se soutenir mutuellement pour aller mieux, de Ruth Herzog et Sylvia Huber (Beobachter Verlag, 2008). Je le recommande chaudement à toute personne qui, confrontée à un problème qu’elle souffre de devoir gérer (trop) seule, aimerait rejoindre un groupe d’entraide autogéré ou envisagerait de créer un tel groupe.  

 

 

Heureusement, on n’est pas seul au monde dans une telle entreprise. Renseignements et soutien peuvent être obtenus de deux centres-ressources en Suisse romande, l’Association AVEC à Lausanne (www.association-avec.ch), et Info-entraide Fribourg (www.entraide-fribourg.ch). On peut aussi y obtenir le guide susmentionné, à recommander sans modération.

00:18 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.