01/05/2009

Utilité des médecines complémentaires : intéressante polémique et nouveau « Gate » ?…

Interpellante émission « Falò », consacrée à la santé, de la Télévision suisse italienne jeudi soir 30 avril, sous le titre « Une légende à six millions » (c’est le coût du programme de recherche concerné). Les journalistes Harry Haener et Serena Tinari se sont penchés sur l’histoire du Programme national de recherche sur l’évaluation des médecines complémentaires (PEK) lancé en 1999, Ruth Dreifuss étant à l’époque Cheffe du Département fédéral de l’intérieur dont dépend la santé.

 

Le rapport final des travaux sur l’utilité de cinq méthodes thérapeutiques alternatives est sorti au printemps 2005. Le Dr Pedro Koch notamment - un confrère  qui a oeuvré  à l’OFAS et à l’OFSP - affirme (avec, pour ce que le téléspectateur en voit, des arguments crédibles) que le rapport final a été amputé, avant d’être rendu public, de plusieurs conclusions favorables aux dites méthodes. Est évoqué aussi le fait que, lors de la séance formelle de présentation des enseignements du programme, la majorité des nombreux intervenants prévus se sont désistés au dernier moment (sur pressions venues de quelque part ?). Parce que la décision avait été prise, au plan politique, de mettre un terme à l’expérience voulue par Ruth Dreifuss de donner leur chance à ces méthodes dans le cadre de la LaMal ?

 

S’il y a eu caviardage d’un rapport scientifique, ce n’est à l’évidence pas admissible. Le funeste George W. Bush s’est, parmi d’autres titres de gloire, illustré en « conformant » les commissions à mandat scientifiques de son Administration à ses a priori politiques et moraux, de façon inacceptable dans un monde libéral ouvert. A-t-il eu à cette occasion des émules dans notre bon pays ? Au reste, certains observateurs disent que le rapport en question manquait de l’impartialité scientifique indispensable, ce qui expliquerait qu’on l’ait aménagé … Peut-être mais la méthode resterait  discutable, pour dire le moins.

 

Y a-t-il là un « Naturo-alternativo-therapeutico-Gate », dont l’évocation tombe bien - ou mal, c’est selon - deux semaines avant une votation sur le sujet ? Il est vrai que chaque pays a les « Guerre de Troie »  qu’il peut… et nous sommes de grands spécialistes des tempêtes dans des verres d’eau. Affaire à suivre néanmoins, s’agissant des liaisons parfois dangereuses entre science et politique.

 

 

 

11:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Pas de ...-gate, mais un défaut de clarté dans ce que l'on recherche ou examine, simplement. Voulez-vous vous sentir mieux, être guéri (souvent) par des méthodes scientifiquement éprouvées (les tests et études nécessaires sont multiples, et les caps difficiles à passer), ou voulez-vous simplement vous sentir mieux, sans que l'on sache comment ça marche ? Le premier c'est la médecine "classique", l'effet placebo ou le second l'homéopathie, où 120 études correctemnt conduites n'ont pas montrée d'effets bénéfiques objectivables ! Je mets de côté quelques médecines "alternatives" utiles, dans des cas déterminés: phytothérapie, acupuncture, mdecin manuelle (mais pratiquée après quelques cours tout de même et sur la base de connaissances solides). Malheureusement on fait un multipack, on vous demande si vous êtes d'accord ou non de payer, et on ne dit rien de la médecine classique. Avouez que c'est mal parti, et vaguement, certainement malhonnête.

Écrit par : Victor Devaud | 02/05/2009

Les commentaires sont fermés.