15/01/2010

Début d’année… Simplifiez-vous la vie !

 

 

 

Avant les Fêtes, passé trois semaines outre-Atlantique : réunion d'un comité de bioéthique de l’UNESCO et visite familiale : plaisir de pratiquer le métier de grand-père et de lire. Ai relu l’excellent Three men in a boat, de Jerome K. Jerome, aventures de trois jeunes gens et un chien sur la Tamise à la fin du XIXe siècle (publié en 1889). Hilarant, superbe humour anglais, avec toutefois à plusieurs reprises des remarques misogynes qui seraient à juste titre très incorrectes aujourd’hui.

 

Puis, dans le genre du recueil de conseils pour mieux gérer votre existence (utile y compris à mon âge… !), ai lu un petit ouvrage appelant à simplifier sa vie (1), qui débute d’ailleurs par une citation de Jerome K. Jerome : « Que le bateau de votre vie soit léger, chargé seulement de ce dont vous avez besoin – une maison accueillante et des plaisirs simples, un ou deux amis qui méritent ce nom, quelqu’un à aimer et quelqu’un qui vous aime, un chat, un chien, une pipe ou deux… ». Elaine St.James, décrite comme, auparavant, une « yuppie whose life was consumed and consuming » (une jeune personne ambitieuse, hyperactive et consommante des années 80, adepte du « more is better »), en est venue à beaucoup plus de simplicité et moins de consommation et a élaboré 100 conseils y relatifs. Cela va des suggestions sur la tenue du ménage au style de vie, aux finances, au travail et à quelques special issues for women.

 

Il ne s’agit pas chez elle d’une option doctrinaire mais de réduire agitation et gadgets tout en maintenant un certain confort, de minimiser les contraintes de leur vie antérieure et d’en éliminer la complexité; en se souvenant toutefois que la simplicité pour l’un peut être la complexité pour l’autre ! Ainsi, une de ses recommandations est de consacrer beaucoup moins de temps et d’énergie à tout ce qui entoure les fêtes comme Noël et Nouvel-An : fini les cartes de vœux, simplification drastique des cadeaux et des réunions de circonstance ! A l’évidence, cela passera mal et tendra à compliquer les choses dans certains contextes - et les fêtes de famille ne sont pas toutes ennuyeuses. L’auteur lance des piques vives et réitérées contre la publicité omniprésente, exerçant une pression obsédante et liberticide sur le public, créant des consommateurs « perpétuellement insatisfaits, insatiables, angoissés et qui s’ennuient » !

 

Mettre un frein vigoureux à l’accumulation désordonnée dans notre vie ; désencombrer ! Règle à cet égard : si vous ne l’avez pas utilisé durant la dernière année, jetez-le (tremendously liberating, dit l’auteur). Avec une proposition pratique : mettre ce qu’on utilise peu ou pas dans des cartons, avec une étiquette portant une date, dans deux ou trois ans. Quand la date est arrivée et que rien ne vous manqué, jetez sans ouvrir ! Prospectivement, observer un temps de réflexion avant tout achat important.

 

Cesser d’être l’esclave de dispositifs sophistiqués de planification du temps (attention au moment où, au lieu de vous assister, le « planner » n’est plus un assistant mais est devenu un patron contrôlant). Vivre près de son lieu de travail. Si c’est imaginable, faire de son hobby son travail rémunéré. Eviter le busy work (s’occuper pour s’occuper, sans résultat notable). Faire une seule chose à la fois. Sélectionner (en commençant par faire fonctionner le répondeur) les appels téléphoniques auxquels on réagit ! Renoncer aux abonnements et appartenances à des organisations dont en fait on ne profite pas.

 

Il importe dit-elle de réaliser que les meilleures choses dans la vie sont gratuites et que faire moins peut signifier être, et même avoir, plus (de sérénité, de paix): prendre le temps d’admirer un coucher - ou un lever - de soleil, marcher, bavarder, lire un bon livre… Et aussi ne rien faire. Prendre ses vacances à la maison, elles peuvent être très réussies. Se coucher à neuf heures un soir par semaine, passer un jour par mois dans la solitude. Et des idées « à l’américaine » : cesser de faire les lits, passer un minimum de temps à préparer la nourriture (simplement prendre ce qu’il y dans le frigo...), limiter au strict nécessaire - et au conventionnel - sa garde-rob!

 

Apprendre à rire, et à méditer. Eliminer la crainte du « Qu’en dira-t-on » : être non pas ce que les autres ont envie que vous soyez mais vivre comme si la seule personne dont l’avis compte, c’est vous-même. Si sur une tâche donnée vos efforts ne donnent pas de résultat, laisser tomber plutôt que s’acharner (« on ne peut pas mettre une cheville carrée dans un trou rond »).

 

Et puis, si important : cesser de vouloir changer les autres : « Ce que les gens (y compris conjoint et enfants) souhaitent, c’est une écoute soutenante. Ils changeront quand ils seront prêts ». Apprendre à dire non (un besoin de beaucoup d‘entre nous) : « Merci de la proposition mais la réponse est non ». Si on a de la peine à être aussi direct, avoir sous la main une liste d’excuses passe-partout. Enfin, savoir tourner la page sur les expériences frustrantes et les échecs ; ne pas s’appesantir à se demander ce qui se serait passé si vous ou les autres aviez fait différemment. 

 

Joli programme, non ? Avec mes vœux.

 

Référence :

 

Elkaine St.James. Simplify your life. New York: MJF Books, 2001.

 

 

 

Commentaires

Faire silence est un bon moyen de se désencombrer. Nonobstant, votre note de lecture valait bien un commentaire. Sans blague, la "majorité silencieuse" en a sans doute pris de la graine. Merci et bonne suite.

Écrit par : blagueur | 18/01/2010

@Jean Martin que ce texte est reposant.En effet feuilletant vos archives je suis tombée par hasard sur celui-ci et je vous en remercie .Cette dame a compris l'essentiel celui que nombre de personnes seules et plus toutes jeunes mettent de plus en plus à profit.
Voici un petit truc tout bête mais quand on ne conduit pas et n'ayant plus envie de courir les grandes surfaces acheter un habit par catalogue est souvent galère car les tailles très souvent étrangères peuvent poser problème.En profitant des soldes on peut faire des heureux Aussi en lieu et place de renvoyer l'article qui ne convient pas,on garde pour soi celui adapté à sa stature et l'autre on le donne à une œuvre de bienfaisance
D'une pierre deux coup,*l'amant Scheuermann* en ressort satisfait tandis qu'un humain inconnu dans le besoin aura quelque chose de neuf à porter
J'en profite pour vous souhaiter une très belle année 2014

Écrit par : lovsmeralda | 19/01/2014

Merci de ce message. Sympa, j'apprécie. Toute bonne année à vous.

Écrit par : Jean Martin | 20/01/2014

@Jean Martin Je ris en lisant votre texte car la liste dressée pour les contrevenants aux bonnes manières comporte quelques oublis.Comme les politiciens frimeur qui dès Noel nous bassine avec ces votations .Insistant même pour le oui et retournant ensuite leur veste sans doute pour mieux destabiliser l'électorat.Quitte à vous dégouter d'allumer l'ordinateur de peur de vous fâcher.Et ce sont les mêmes qui voudraient diriger la vie de tout un chacun y'a comme qui dirait un sacré malaise au Royaume de la Mère Politique
A moins que ces Messieurs aient vraiment envie d'entendre ce que leurs parents n'ont pas osé leur dire quand ils étaient ados,allez savoir /rire
Toute belle journée aussi pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 24/01/2014

Les commentaires sont fermés.