25/06/2010

Cesser de traiter les questions de drogue et toxicomanie de manière manichéenne et tunnelisée sur la "guerre"

 

Dans une démarche récente, le Conseiller aux Etats tessinois Dick Marty a eu raison de dire, avec d'autres, que « L’Empereur est nu » s'agissant des doctrines purement punitives et répressives en matière de drogue. Les politiques jusquauboutistes sont, on le voit depuis des décennies, des impasses. La « War on Drugs » des Etats-Unis a fait le lit des dérives meurtrières auxquelles on assiste aujourd’hui (y compris à la frontière mexicaine) et soutient de routine des régimes durs et « peu sensibles » (c'est un grand euphémisme) aux droits de l’homme.

 

On reste songeur devant la myopie de nos beaux esprits "rigoureux" qui, focalisés sur nos cultures, ne veulent absolument pas voir que le cannabis est consommé dans d’autres régions comme l’alcool par la plupart de ses usagers chez nous – étant entendu que l’alcool entraîne des problèmes graves chez une minorité, mais on ne l’a pas interdit pour autant jusqu’ici. Ou que la feuille de coca mérite notre respect comme un ingrédient légitime de la vie quotidienne dans les Andes (dans des populations très pauvres, elle aide à lutter contre la fatigue et diminue la faim). Cela étant, la manière dont la lutte est menée depuis un siècle contre des produits exotiques - parce qu'ils sont exotiques! - est inepte. A l’époque elle est a été lancée dans la foulée de la Prohibition anti-alcool aux USA, qui a fait naître des mafias qui ont gardé pignon sur rue et a vite dû être rapportée tant ses effets collatéraux étaient désastreux. Mais, s’agissant de substances venues d’ailleurs, on maintient une croisade insensée par sa violence et son manque de justifications adéquates. Qui, aujourd’hui, est poursuivie notamment parce que des centaines de milliers, des millions, de « gendarmes » (tous les acteurs de cette guerre ici et ailleurs) et de « voleurs » (les trafiquants) en tirent leur gagne-pain. Triste.

 

11:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.