16/08/2010

A lire : « Une histoire d’amour » très atypique

 

C’est le livre d’un enseignant secondaire vaudois qui a oeuvré à Avenches et Echallens puis au Gymnase de Beaulieu à Lausanne. Arrivé à la retraite, il fait un tour de sa riche expérience dans Une histoire d’amour - Un prof atypique raconte, qui vient de paraître à l’Aire. Il évoque enfance, jeunesse, études puis le début de sa carrière pédagogique. A 30 ans, prof d’histoire, il publie un ouvrage sur le rôle du Général Guisan en 1939-45. Dans son enseignement, il s’intéresse particulièrement au XXe siècle et sensibilise ses jeunes audiences aux origines et conséquences des deux Guerres mondiales, à la montée du nazisme en Allemagne, à la Shoah. Son récent ouvrage illustre comment il l’a fait de manière particulièrement pertinente et innovante - mettant ma casquette de président de la section vaudoise de la LICRA, je souhaiterais que cette période sombre continue à être présentée de telle manière aux jeunes générations.

 

Yves Delay a été actif dans la démarche des médiateurs scolaires : une  initiative vaudoise qui a fait ses preuves depuis la fin des années 1970, par la  formation et la mise en œuvre d’enseignants qui, pour une part modeste de leur temps, sont à disposition, en première ligne, d’élèves en difficultés (problèmes personnels et familiaux, abus, usage de drogues, soucis à l’école). Une histoire d’amour fourmille d’exemples tirés de l’expérience de l’auteur, bien instructive. Comme médecin cantonal, j’ai été partie prenante à l’époque du programme de médiation et au contact de problèmes de nature médico-sociale surgis dans les établissements scolaires. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles j’ai « avalé » cet ouvrage en vingt-quatre heures, avec un très grand intérêt, avec émotion souvent.

 

Témoignage d’une personnalité hors du commun. Yves Delay est un « cas », réellement atypique. Entretenant des rapports cordiaux et étroits (en tout bien tout honneur), y compris par une nombreuse correspondance, avec ses élèves. Il a garde le contact avec leurs intérêts en s’intéressant notamment à leur musique - devient un bon connaisseur des scènes rock et rap, depuis Woodstock et par la suite, ne craignant pas de réveiller par des pitreries ceux qui sommeillent ou s’ennuient en classe. A la lecture, on a envie de dire que le fait que les responsables concernés n’aient que peu ou pas pris ombrage de nombre de ses initiatives surprenantes est au crédit de la tolérance de bon aloi des Vaudois - et du vaisseau amiral qu’est le Département de l’instruction publique (aujourd’hui de la formation et de la jeunesse).

 

En résumé, un parcours de vie substantiel, attachant, plein d’humour, agréable à lire. Ce livre intéressera beaucoup et distraira celles et ceux que préoccupe la formation, le bien-être - et les mal-être - des jeunes d’aujourd’hui, la/les manière-s d’interagir empathiquement et constructivement avec eux. Une histoire d’amour mérite d’être porté à l’attention des enseignants, parents, responsables scolaires et civiques. Non pas parce que le contenu serait révolutionnaire mais comme illustration d’une pédagogie innovante, disponible, à l’écoute.

 

 

08:13 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.