23/04/2011

Une belle - et bienvenue - contribution de l’école

 

On sait le match que se livrent  périodiquement, à propos de missions de l’école, ceux qui considèrent qu’elle est là - je résume – pour apprendre à lire, écrire et compter, et d’autres qui jugent nécessaire que, dans un monde en mutation rapide, elle s’implique dans la discussion de valeurs; parce que - ce n’est pas insulter que de le dire – certaines familles ne font pas à cet égard l’investissement voulu ou, « dépassées par les évènements », n’y arrivent pas.

 

 Bravo au collège C.-F. Ramuz, à Lausanne, qui fêtait début avril ses 25 ans, pour le spectacle musical « Résistance » qu'il a mis sur pied à cette occasion. D’abord, c’est un vrai plaisir que d’y assister. Ensuite, on salue l’objectif de sensibiliser enfants - et audience !- aux risques, dans la vie quotidienne, d’intolérance et de mise à l’écart de notre prochain. La première chanson commence par « Nous avons déclaré la guerre au racisme et à l’injustice » et la vingtième finit avec « Une voix pour aller te rencontrer, entre partage et raison ». Dans une Suisse qui voit coexister des jeunes et moins jeunes issus d’horizons très différents, on espère que ces messages de non-rejet et de solidarité sont diligemment transmis par tous les parents à leur progéniture. Mais peut-on en être certain ? Dans tous les cas, le coup de main de l’école est bienvenu et ce serait une erreur de refuser l’idée que, aux côtés des familles, elle contribue utilement à une éducation à la vie en société et à la citoyenneté, rendant l’avenir moins préoccupant – qu’il s’agisse de convivialité ou de dangers « physiques » dont Fukushima n’est que le dernier exemple. Alors que (tiré du spectacle), trop souvent on se trouve « mille raisons pour ne jamais rien faire ».

 

 

20:11 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)