16/12/2012

Billie Holiday et « Strange Fruit » - Violence… Espérance ?

 

Sur Arte (excellente chaîne vraiment) le 12 décembre, documentaire fort sur la chanteuse américaine Billie Holiday, décédée en 1959 à 44 ans, après une vie de grand succès et de grande vicissitudes. Avec l’évocation notamment de la chanson « Fruit Etrange », qui mérite d’être au nombre des œuvres marquantes de l’histoire moderne.

 

Chantée pour la première fois à New York en 1939, elle a choqué ceux qui ne voulaient pas voir ce qu’était la situation des Noirs dans le Sud du pays, trois quarts de siècle pourtant après l’abolition de l’esclavage; avec entre autres manifestations de racisme et de discrimination les lynchages de Noirs en toute impunité, pour les motifs les plus futiles. A noter que Columbia a refusé à l’époque de diffuser cette chanson, dont on a parlé comme la « Marseillaise noire ». En fait une des premières manifestations du mouvement des droits civiques qui s’est développé, surtout depuis 1955, avec Rosa Parks, Martin Luther King, Ralph Abernathy, Jesse Jackson et les autres.

 

Billie Holiday a été critiquée, y compris par des amis, pour avoir dit que les Etats-Unis étaient le pays le plus violent du monde. S’agissant de l’Occident industrialisé en tout cas, cela reste tristement vrai. Les tueries, notamment dans les écoles, avec la dernière du 14 décembre dans le Connecticut, laissent sans voix. Dérives incompréhensibles pour qui n’est pas obnubilé par la mythologie construite autour du port d’arme comme droit « sacré » et déterminant majeur du statut d’héritier des pionniers (au reste massacreurs des Premières Nations - et lyncheurs de Noirs).

 

Pourtant, il y a eu de grands progrès à plusieurs niveaux. Même si on reste songeur devant le fait que l’ensemble des observateurs estiment que, alors même que, réélu, il pourrait se payer un peu  d’impopularité, le Président Obama ne sera pas en mesure de faire poser des limites significatives à l’accessibilité des armes à feu, vu  l’obnubilation collective à cet égard d’une large majorité du Congrès et de la population.

 

Essentiel d’espérer quand même. Espoir qu’illustre, je prends la liberté de me répéter, le spectacle « Ma vie avec Martin Luther King », de la Compagnie de la Marelle, qu’on  peut voir en janvier encore en Suisse romande.

 

Relire « Strange Fruit » :

 

Les arbres du Sud portent un étrange fruit,

Du sang sur les feuilles et du sang aux racines,

Un corps noir qui se balance dans la brise du Sud,

Étrange fruit suspendu aux peupliers.

 

Scène pastorale du valeureux Sud,

Les yeux exorbités et la bouche tordue,

Parfum de magnolia doux et frais,

Puis l'odeur soudaine de chair brûlée !

 

C'est un fruit que les corbeaux cueillent,

rassemblé par la pluie, aspiré par le vent,

Pourri par le soleil, lâché par les arbres,

C'est là une étrange et amère récolte.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.