05/05/2013

La "boîte à bébé" est une fausse bonne idée

 

 

Les boîtes à bébé reprennent de l’actualité. Selon des sondages, notre population y est favorable. Délicat dans ces conditions de dire son avis que ces « boîtes » sont une fausse bonne idée. Mais, même si chacun comprend qu’une mère peut dans certains cas souhaiter l’anonymat, on doit absolument penser à l’intérêt de l’enfant, dont le droit à connaître ses origines est maintenant largement reconnu.

 

Il est anachronique de vouloir recréer chez nous l’institution française de l’accouchement sous X, qui existe depuis plusieurs siècles mais est actuellement contestée. Le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, présidé par l’éminent juge suisse Jean Zermatten, s’y oppose ; il est clairement critiquable, vis-à-vis de l’enfant et de l’adulte qu’il deviendra, de collaborer à « camoufler » son origine. Et c’est bien ce que des hôpitaux font avec ces boîtes. Un Etat de droit ne saurait encourager une telle démarche !

 

Certains laissent entendre que les nouveau-nés recueillis seraient décédés si une « boîte » n’avait pas été disponible. C’est très invraisemblable ; ce qu’on sait des cas d’infanticide ou de mauvais traitements graves indique que les mères concernées ont des problèmes autres, par exemple de santé mentale. Un souci majeur est que l’abandon du bébé dans une « boîte » soit le résultat de pressions de l’entourage de la femme - et donc contre son avis. Ceci sans qu’aucune discussion ou médiation, qui pourrait avoir un effet préventif, soit possible puisque cela se passe dans un complet anonymat.

 

Ainsi, il est impératif de réfléchir au-delà du « bon cœur ». Il serait désastreux que, au XXIe siècle, la « boîte à bébé » vienne à être considérée comme un progrès.

 

10:26 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Très bon article ,ces boites à bébés sont peut-être aussi le dernier recours suite aux incestes ou viols qui existe au sein de nombreux milieux sectaires et fermés .On se souvient du Patriarche qui avait ses quartiers dans le canton et qui avait je ne sais plus combien de femmes pour satisfaire à ses besoins de perversité sexuelle ,malheureusement il n'était pas le seul et de nos jours combien en existe t'il encore,nul ne peut le savoir!pour ces gens là les gamines sont des jouets et rien d'autre et pour couronner le tout quand elles sont enceintes,elles sont le plus souvent et malheureusement répudiées sans ressources et sans endroit pour aller se réfugier!

Écrit par : lovsmeralda | 06/05/2013

Les commentaires sont fermés.