02/09/2013

Loi sur les épidémies -Les vaccins ont permis d’immenses progrès

On reste songeur devant certaines levées de bouclier à propos de la loi révisée sur les épidémies soumise au vote. Comment des gens raisonnables se laissent-ils ainsi influencer par des allégations alarmistes ? Trop souvent des rumeurs. Par exemple, on trompe le public par des affirmations erronées quant à l’éventualité de vaccination obligatoire. NB: dite vaccination ne se ferait en aucun cas sous contrainte.

 

Une partie de corps professionnels estimables (et pour lesquels j’ai de l’estime), des infirmières et des enseignants, se font l’écho de craintes vis-à-vis d’effets secondaires indésirables des vaccins. C’est bien sûr leur droit strict d’avoir un avis et de le disséminer. Mais quelle est la valeur de ce qu’ils disséminent, c’est toute la question.

 

Comment des personnes ayant bénéficié de formations substantielles peuvent-elles oublier les extraordinaires progrès de santé qu’ont permis les vaccins, récemment encore. Oui sans doute, nous ne sommes pas au fond de la forêt vierge tropicale… mais les maladies infectieuses restent un problème. Et le jour où une épidémie grave menacera la Suisse, nous pourrions voir les mêmes personnes se plaindre amèrement de ce que les autorités sanitaires n’ont pas été prévoyantes, n’ont pas pris les mesures qui s’imposaient (y compris vaccinations). Comment proposeront-elles de faire face à la menace ?

 

Aujourd’hui - même en Suisse ! - des mesures  adéquates contre les maladies infectieuses doivent pouvoir être prises, parfois en urgence, et il est bon qu’une loi fédérale le précise. C’est cela et seulement cela que la révision soumise au peuple prévoit ; elle est judicieuse et équilibrée.