14/12/2013

Initiative contre l'interruption de grossesse - Des objectifs qui avancent masqués

L’initiative qui entend retirer l’interruption de grossesse (IG) des prestations prises en charge par la LAMal a des objectifs qui avancent masqués. En effet, le coût de l’IG ne pèse presque rien dans la facture de la santé en Suisse, quelque 0,03% de ce que paie cette assurance. La Commission nationale d’éthique s’est prononcée à son propos. Dans sa prise de position 21/2013 (www.nek-cne.ch), elle l’analyse et en recommande le rejet. Un refus de prise en charge aurait pour effet de pénaliser de manière disproportionnée les personnes fragilisées en condition précaire. Il importe d’avoir à l’esprit que l’IG est plus fréquente dans les milieux défavorisés parce que jeunes filles et femmes y sont moins informées et ont moins accès au planning familial. Il y a ici un différentiel social majeur des risques de difficultés et de malheurs - et, à l'inverse, des chances disposer aisément des moyens de se sortir d'un mauvais pas!

 

Même si le régime actuel du délai n’est pas explicitement attaqué, un modèle moral « vertueux » gérant corps et consciences est sous-jacent. C’est la même partie du public socio-politique qui a lancé une initiative s’opposant aux programmes d’éducation sexuelle à l’école, qu’ils défigurent comme « sexualisation » - alors que les bénéfices de cette éducation en termes de prévention des maladies sexuellement transmissibles, des grossesses prématurées et de troubles psycho-sociaux sont démontrés. De plus, une acceptation de l’initiative sous prétexte que l’IG ressortit au « libre choix » de la personne pourrait susciter des actions similaires qui toucheront d’autres groupes : fumeurs, consommateurs d’alcool, personnes sédentaires ou qui se comportent de manière téméraire.

 

Enfin, une remarque à propos de statut de la femme, certains des initiants ne sont pas à une contradiction près. Par des demandes comme l’interdiction de la burka ou même du voile dans l'espace public, ils disent vouloir sa libération ; dans le même temps ils refusent la prise en charge de l’IG par la LAMal. Curieuse contribution à l’autonomie de la femme…

 

10:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)