20/06/2014

Comment voulez-vous que le simple citoyen comprenne ?...

 

Vrai soulagement que d’entendre le Conseiller d’Etat PLR Pierre Maudet (à la radio romande mardi matin 17 juin) affirmer qu’il trouverait inadmissible que les banques punies pour avoir enfreint la législation américaine puissent déduire de leur revenu les montants de leurs amendes. Que ce pays ait perdu la stature morale qu’on lui accordait il y a quelques décennies, les preuves en sont malheureusement éclatantes dans ce dossier. Je suis de ceux qui, ces dernières années, ont été simplement scandalisés de découvrir que ces firmes prestigieuses, si chères à nos idées sinon à nos coeurs, se sont longtemps comportées comme des malfaiteurs – de très haut vol. Comme Pierre Maudet et je veux le croire de nombreux radicaux « historiques » dont je  suis, je reste stupéfait de ce que, au motif d’arguments juridiques étroits et discutables, on cherche à les faire échapper à la simple justice – au sens commun du terme. La Fontaine en a éloquemment parlé, « selon que vous serez puissant ou misérable… ». Ici, encore une fois, l’Etat assumerait les conséquences négatives (baisse de rentrées fiscales) des délits de ces institutions financières. On accorderait aux puissants des faveurs incompréhensibles, et inaccessibles, pour le citoyen – qui lui paie de routine pour les fautes qu’il commet.

 

On espère que Parlement et Gouvernement au niveau fédéral ne jetteront pas aux orties, en poussant à cette défiscalisation, un reste de crédibilité de notre pays en la matière. Plus que cela, si les banques concernées avaient un peu de vergogne, comme on dit chez nous, elles déclineraient le cadeau que certains voudraient leur faire et affirmeraient publiquement et explicitement qu’elles entendent payer les impôts dus sur leur revenu, y compris sur les bénéfices mal acquis. Remplaçant la suffisance par un brin d’humilité.

 

22:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

05/06/2014

On peut vivre heureux sans l'avoir lu...

 

 

 

On peut vivre heureux sans avoir lu un livre qui vient de sortir, intitulé « Prendre soin – Un médecin engagé dans le monde », mais on peut aussi y trouver de l’intérêt ! L’auteur en est le rédacteur du présent blog (merci de ne pas prendre ombrage de ce que je le recommande). Il traite  de nombreux sujets: évolution actuelle de la médecine et de la santé publique (mon métier) bien sûr, mais aussi de problématiques éthiques et d’enjeux  actuels de société. Des préoccupations qui sont largement partagées.

 

En effet, des défis majeurs sont lancés au monde d’aujourd’hui. Quelles voies pour y répondre ? Que représente aujourd’hui « Prendre soin » : des autres, ce que fait la médecine ;  de la collectivité, ce que font la santé publique et la politique ;  de soi… Cet ouvrage apporte des éclairages basés sur mon expérience professionnelle (de médecin cantonal vaudois, auparavant outre-mer durant huit ans). J’ai été passionné par ma profession, à l’interface du système de santé, des institutions et de la société civile.

 

Récemment, j’ai pu m’intéresser particulièrement aux enjeux éthiques au sein de la Commission nationale suisse d’éthique. 

 

 

 

Huit chapitres :

 

  • Soignés et soignants

  • Une médecine et un système en évolution rapide

  • Ethique – Comment faire pour bien faire ?

  • La société change

  • Le monde dans lequel nous vivons

  • Etrange, étranger…. – Autres cultures et contextes

  • Prendre soin de soi et du monde

  • Découvertes, ailleurs

 

De la préface du Rédacteur en chef du Bulletin des médecins suisses :

 

« Jean Martin expose des points de vue originaux, avec une vraie capacité à mettre le doigt sur le pouls de notre temps ».

 

 

 

On peut vivre heureux sans le lire mais... si vous vous laissez tenter (Fr. 29.-), s’adresser à M. R. Bienz, aux Editions EMH :

 

r.bienz@schwabe.ch

 

 

 

 

 

 

 

23:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)