20/11/2014

Norlha, une organisation qui réfléchit et qui agit

 

Norlha, une organisation qui réfléchit et qui agit

J’ai assisté mercredi 19 novembre, avec grand intérêt, au symposium sur l’agriculture dans l’Himalaya organisé par l’association Norlha, à l’Espace Dickens, à Lausanne.

Norlha est une  ONG sans but lucratif, fondée en 2005, dont le but est de réduire la pauvreté dans la région himalayenne, dans un sens d’amélioration durable des conditions de vie. Elle soutient les communautés et promeut leur autosuffisance économique tout en affirmant leur dignité. Elle travaille en collaboration avec des partenaires locaux, par des projets participatifs culturellement appropriés.

Le symposium a réuni une belle brochette de spécialistes des thèmes discutés - personnalités ayant une large expérience de la coopération au développement - et  de personnes intéressées. Il a traité trois thèmes :

-         Les ressources en eau et le changement climatique (un défi pour les régions montagneuses comme pour le reste de la planète),

-         Le développement rural, la migration et l’égalité homme-femme

-         L’avenir de l‘aide au développement en régions montagneuses.

S’agissant du second sujet, on a débattu de l’exode de travailleurs népalais pour travailler dans les pays du Golfe. Le Qatar est principalement concerné (on sait les controverses actuelles quant à l’organisation là-bas de la Coupe du monde de football).  Les conditions de vie et de travail de ces migrants « importés » pour réaliser de gigantesques travaux sont dramatiques. Qu’il suffise de mentionner  un chiffre : chaque jour, sept cercueils de Népalais morts au travail à l’étranger arrivent à l’aéroport de Kathmandou…

Cette émigration laisse au village femmes, enfants et vieillards. Les femmes y ont alors la responsabilité de faire vivre leurs proches et peinent beaucoup à y parvenir. Elles sont simplement trop chargées pour assumer adéquatement les travaux agricoles et les difficultés s’ajoutent les unes aux autres.

Un certain nombre de femmes émigrent elles aussi, en principe pour travailler comme aides de maison. La triste réalité est qu’elles se retrouvent souvent dans un engrenage qui en fait des prostituées - ou pour le moins des servantes sexuelles de leurs patrons.

Dur dur donc. Mais Norlha, parmi d’autres, s’engage intelligemment et efficacement pour mettre  en œuvre des actions qui, s’agissant d’approvisionnement en eau, d’agriculture, de migration et de la problématique genre, permettent de réels progrès en collaboration avec les communautés sur place.

Plus sur le site www.norlha.org. A recommander le repas de soutien organisé à Lausanne le 21 novembre au soir.

 


 

 

Les commentaires sont fermés.