20/01/2015

Liberté sans limites ?

Dans la foulée de "Je suis Charlie",  il faut évoquer la !aïcité « républicaine » de nos voisins français. Rigide, ombrageuse, à cran si je peux dire, elle est dans ses effets anti-religieuse. Est-ce le bon modèle, qui devrait cas échéant être exporté plus loin ? Je ne le crois pas. Qu’on appartienne ou pas à une religion, le fait religieux existe et ne va pas disparaître prochainement de nos sociétés.  Le modèle (suisse, entre autres) de la neutralité religieuse des pouvoirs publics parait bien préférable. Un cadre constitutionnel laïc doit tenir compte des religions, dialoguer avec elles. Préférable pour les grands « groupes de référence » dans la société de tirer à la même corde, dans une perspective de  vivre ensemble respectueux, de  « santé »  et équilibre de la collectivité. Une semaine après le 7 janvier déjà, prenant du recul par rapport à l’unanimisme sans faille qui s’était manifesté, des observateurs ont appelé, entre autres choses, au soutien par les pouvoirs publics de la formation des prêtres, imams, etc. Pas pour leur apprendre la théologie mais pour débattre des caractéristiques de la collectivité dans laquelle ils oeuvrent, dans une optique de « santé psycho-sociale » si je peux dire. Pour la vie en société et pas la guerre en société. Je souhaite que nous voyions  un mouvement serein de rencontre(s), respectueux et raisonné, et pas une extrêmisation délétère de positions qui s’agressent, au nom d’une liberté sans aucune limite qui n’est à mon sens pas jouable sans des dégâts dramatiques comme ceux que nous avons vus.

Les commentaires sont fermés.