30/08/2015

Climat- Combattre le sentiment d'impuissance !

 

Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président Hollande, reprend une formulation de Barack Obama, disant que nous sommes la première génération qui a conscience de sa vulnérabilité et la dernière qui a la faculté d’éviter que son destin lui échappe. Personne n’aime les mauvaises nouvelles et c’est un facteur fort dans la difficulté à sensibiliser à la réalité des dangers, a souligné Jacques Mirenowicz, rédacteur de La Revue Durable, lors de l'assemblée récente de l'association "Grands-parents pour le climat". Il nous coûte d’abandonner l’idée que la terre est corvéable à merci. Aux Etats-Unis, la moitié du pays résiste bec et ongles à toute idée que l’homme est responsable des changements majeurs que nous vivons (notion  d’Anthropocène, à savoir que l’activité humaine sur la planète a un poids « géologique »). Pourtant, note Hulot, les plus climato-conscients aux USA sont les militaires, peu suspects d’être des « greenies » (écologistes naïfs).

 

Aujourd’hui, la pertinence des conclusions du GIEC n’est plus contestée : les faits sont les faits - et, comme le disait un politique éclairé, si chacun a droit a son opinion, chacun n’a pas droit à ses propres faits ! Convaincu que c’est l’enjeu principal de l’époque, le très respecté The Guardian milite pour cette cause. Le 14 août, il publiait les noms de 1'000 médecins (dont des Suisses) s’associant à sa démarche au nom des effets délétères du réchauffement  pour la santé. Parmi les directions à suivre : 1) s’engager à laisser sous la terre les 75-80% des ressources non renouvelables qui y sont encore ; 2) désinvestir massivement le domaine des énergies non renouvelables.

 

 La reddition devant la difficulté à changer, voire le paresseux « Cela a bien été jusqu’ici, cela ira bien encore quelque temps », ne sont pas des options acceptables. A propos des voies à suivre, une remarque : les ressources non renouvelables ont souvent au cours de l’histoire  été des facteurs de guerre, tandis que la promotion des énergies renouvelables a un vrai potentiel de facteur de paix.

 

 

 

09:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.