09/02/2016

Pardonner...

Pardonner, problématique difficile, et fondamentale à tant d'égards - y compris la question d'un "droit au pardon"

Hier lundi 8, sur RTS Deux, documentaire sous ce titre de Mireille Darc, avec des entretiens avec un homme que sa partenaire a brusquement quitté, une mère dont la fille est morte suite à une erreur médicale, un homme emprisonné durant huit ans , condamné sur des allégations infondées de viol, et une victime de viol.

Des phrases fortes. La mère de Capucine: "Pardonner, c'est refuser d'être victime,  je ne resterai pas dans le chagrin". "Ce drame m'a ouvrit à un monde de tolérance où personne ne se réduit à ce qu'il a fait".

La personne la plus impressionnante, dans sa résilience et son équilibre retrouvé, est la femme de 34 ans, violée à 15 ans: : "Je ne suis pas responsable de ce que cet homme a fait, mais je suis responsable de ce que j'en ai fait". A propos du fait que ses enfants ados savent son histoire: "Si je suis capable d'aller bien en l'ayant vécu, ils doivent être capables d'aller bien en l'entendant". Elle aussi refuse d'endosser le statut de victime.

Ai lu ailleurs récemment ce mot de Antoine Leiris, dont le jeune épouse a été tuée le 13 novembre dernier au Bataclan, à l'adresse des terroristes: "Vous n'aurez pas ma haine. Non, je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr". Well...  Respect, comme on dit chez nous.

Autre souvenir de lecture : en pardonnant, c'est à soi qu'on fait du bien.

Et deux citations de grand auteurs:

Francis Bacon: "Se venger, c'est se mettre au niveau de l'ennemi"

Hannah Arendt: "Pardonner, c'est permettre un nouveau commencement là où tout semblait avoir pris fin."

On se souhaite, cas échant, ces sagesses.

 

Les commentaires sont fermés.