01/05/2018

La BNS investit contre l'environnement et le climat


Les mots ne sont pas encore des actes. C'est ce que montre une publication de l'Office fédéral de l'environnement sur la compatibilité climatique de la place financière suisse. La réorientation des flux financiers est une nécessité mais le Conseil fédéral n'y participe pas. Aucune mesure concrète n'a été prise.

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a publié le 30 avril un document intitulé « Politique climatique suisse - mise en œuvre de l'Accord de Paris ». Les mesures financières jouent un rôle central à cet égard : « L’objectif de l’Accord de Paris ne pourra être atteint que si on laisse de grandes quantités de pétrole, de gaz et de charbon dans le sol. Il est donc essentiel que l’argent ne soit plus investi dans les énergies fossiles».

L'Alliance climatique suisse estime qu'il est urgent d'agir au plan politique. « Sans la décarbonisation de la place financière, l'accord de Paris sur le climat ne peut être mis en œuvre », déclare Christian Lüthi, CEO de l'Alliance climatique suisse. « Si la BNS continue à refuser de prendre au sérieux les risques climatiques dans le cadre de son mandat actuel, le Conseil fédéral et le Parlement ont alors une obligation : adapter le mandat de la Banque nationale de manière que les risques climatiques soient explicitement mentionnés. »

La Banque centrale européenne et huit banques centrales et autorités de surveillance, d'Angleterre, de France, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Suède, de Chine, de Singapour et du Mexique ont déjà déclaré vouloir jouer un rôle majeur dans la protection du climat.

Les commentaires sont fermés.