30/11/2018

Vers le bonheur par l’IA* et Big Data ?

A Lausanne durant cette année, Cèdres Réflexion, groupe préoccupé d’éthique, conduit une série de conférences sur le thème du bonheur. Récemment, l’une avait pour titre « Le bonheur selon Google ». Y participaient Solange Ghernaouti, connue pour ses travaux en cybersécurité, Jean-Gabriel Ganascia, informaticien au CNRS, à Paris, et François Fleuret, de l’Institut Idiap-EPFL (Martigny).

Intéressants débats sur Big Data, énormes collections de données. Oui, on peut critiquer les « géants hégémoniques du net », les GAFA, de recueillir sans les payer des quantités immenses de données à notre propos. Toutefois… le fait est que, si ces firmes ne le faisaient pas, ces données resteraient ici et là, sans servir à rien ! Fleuret : « en soi, Big Data ne saurait comprendre le monde, mais les analyses qu’il rend possible permettent des prévisions souvent fiables et peuvent apporter du sens. »

Caractéristique forte d’internet, (presque) tout y est gratuit. Cela a des avantages, en permettant l’accès dans le monde entier à l’ensemble des connaissances de l’humanité, y compris aux pauvres et marginalisés. Big Data permet des avancées pour les maladies orphelines. Où sont les pièges ? On assiste à une concentration de pouvoir inouïe chez les GAFA, les atteintes à la vie privée sont un grand souci, l’addiction à internet est de plus en plus préoccupante. Le fléau des « fake news » est hypertrophié par les réseaux sociaux. J.-G. Ganascia dit sa crainte que, en acceptant ainsi les carottes que nous tendent les GAFA, nous soyons des ânes…

Parmi d’autres effets à craindre : les rapports entre les gens ne seront plus directs, face à face, mais médiatisés par des technologies ; il faudra (ré-)apprendre à se regarder dans les yeux. Une raison d’inquiétude est l’érosion des principes mutualistes de notre société, par exemple dans le domaine de l’assurance-maladie : quand en un tour de main on connaitra les facteurs de risque et l’avenir médico-sanitaire probable de chacun, combien de temps la solidarité dans un cadre comme celui de la LAMal tiendra-t-elle ?

Avancées de l’intelligence artificielle : nous nous rassurons en affirmant péremptoirement que jamais l’IA ni les machines ne parviendront à des raisonnements aussi sophistiqués que l’être humain. F. Fleuret a ses doutes, il ne voit pas de « mur computationnel » qui serait infranchissable.  Pourquoi y aurait-il là un effet de seuil, on est dans une démarche tout à fait incrementaliste, en continu. Une réflexion analogue vaut pour le transhumanisme. Beaucoup s’y opposent mais oublient la réalité que la limite est très poreuse entre homme naturel et homme « augmenté » (au plus simple, beaucoup d’entre nous portent des lunettes ou des prothèses, la suite est un continuum, de plus en plus technologique et intrusif).

Des conclusions ? Les développements technologiques ont, c’est évident, un grand potentiel. Mais aucun des orateurs ne s’est hasardé à des prédictions tant soit peu précises quant à notre futur hyperconnecté. Trop complexe… dépendant de multiples paramètres plus ou moins saisissables. Ils ne croient pas que les technologies vont « réenchanter » un monde qui en aurait pourtant besoin. Solange Ghernaouti cite cette phrase d’un collègue : « Ce que je n’ai pas trouvé dans la vie, je ne l’ai pas trouvé sur internet. »

Inutile de dire qu’on n’a pas vraiment répondu à la question de savoir si Google pourrait apporter le bonheur. Il faudrait d’abord se mettre d’accord sur ce qu’on entend par bonheur - une autre question difficile.

*IA = intelligence artificielle

Les commentaires sont fermés.