14/12/2020

Nous avons demandé des signes (II)

Un rappel, par ces connaisseurs des influenceurs et des politiques qui se laissent suborner par eux : « Un incident critique a été la saisie des notes concernant les dégâts provoqués par l’énorme marée noire de la plateforme Deepwater Horizon, en 2011. Malgré les protestations de la communauté savante, les océanologues concernés se sont inclinés devant les pressions (...) Puis ont été votées des législations qui limitaient ce que les scientifiques pouvaient étudier et comment. Ainsi la tristement célèbre loi de Caroline du Nord, en 2012, niant la hausse du niveau de la mer ». 

Ce devant quoi on reste songeur – notre plus grand défi en réalité : « Pour qui qui étudie cette période tragique [début du XXIe siècle], le plus stupéfiant est que les victimes savaient ce qui se passait et pourquoi (...) La civilisation occidentale possédait les capacités requises pour effectuer une transition ordonnée mais les technologies disponibles n'ont pas été mises en œuvre à temps. » 

Nous avons été piégés par une croyance fondamentaliste au marché comme solution à tout problème. Klaus Schwab, patron du WEF de Davos, dans le magazine Time du 2 novembre : « Le même système économique qui a créé tant de prospérité à l’âge d’or américain crée maintenant des inégalités massives, le changement climatique et la discorde sociétale [à large échelle]. » 

Le grand Leonard Cohen chantait « Nous avons demandé des signes. Les signes ont été envoyés ». Sur quoi des sociologues ont introduit le concept de « signaux précoces, leçons tardives ». Avec, par exemple, le référendum lancé contre la loi CO2 (insuffisante mais qui va dans le bon sens), on s’obstine dans le refus de tirer des leçons. Heureuses Fêtes.

 

 

Les commentaires sont fermés.