15/03/2021

Une Task force fédérale "Climat et biodiversité" ?

Les phénomènes alarmants que sont le dérèglement climatique et la baisse de la biodiversité préoccupent les médecins et soignants, entre autres parce que ces changements auront de sérieuses conséquences en termes de mortalité et morbidité - d'un ordre de grandeur bien plus important que les conséquences, pourtant graves, du covid.

Le 23 février dans son émission matinale d’informations, la radio "La Première" diffusait une séquence sur la demande de personnalités scientifiques, dont Marcel Tanner, président des Académies suisses des sciences, pour la création d'une "Task force climat et biodiversité" - sur le modèle de celle chargée de conseiller le Gouvernement à propos du covid. Cette dernière fait l'objet de critiques, elle privilégierait les aspects sanitaires par rapport à la reprise de l'économie. Dans l'ensemble, il parait clair qu'elle fait son travail - et, dans tous les cas, son rôle n'est pas facile, celui du Conseil fédéral encore moins.

S'agissant des enjeux liés au climat et à l'environnement sont majeurs, l'idée d'une Task force "dédiée" est très bonne, pour assurer une approche structurée et coordonnée des problèmes. Ses promoteurs soulignent que son rôle serait strictement de fournir des avis scientifiques et qu'elle ne saurait avoir des pouvoirs opérationnels (comme établir des prescriptions par ex.). Elle ne devrait pas non plus être activiste - éviter le risque du "Gouvernement par les experts " ou de la "République des Sages"... Cependant, il serait bon que son mandat inclue d’examiner les effets en termes climat/biodiversité des projets de lois mis en consultation par le Conseil fédéral - tout comme sont évaluées systématiquement leurs conséquences financières.

Soutien bienvenu : dans un communiqué de presse du 22 février, la Commission de gestion du Conseil des Etats demande que le Conseil fédéral renforce sans délai les mesures de protection de la biodiversité, ce qui a été fait jusqu’ici demeurant insuffisant.

J 'ai eu le privilège de faire partie de deux instances comparables : la Commission fédérale sida dans les années 1980-1990 et la Commission fédérale pour la médecine humaine, créée en 2003. Notre rôle, là aussi, était de conseiller mais on peut dire que les rapports et recommandations de ces commissions ont joué un rôle significatif : en procédant à des évaluations interdisciplinaires sur des thèmes sociétaux, en clarifiant les enjeux, en développant une vision à moyen et si possible long terme. Sans doute aucun, sur les questions liées au climat, mettre sur pied une telle instance ne serait pas un mauvais usage de quelques ressources.

 

14/12/2020

Nous avons demandé des signes (II)

Un rappel, par ces connaisseurs des influenceurs et des politiques qui se laissent suborner par eux : « Un incident critique a été la saisie des notes concernant les dégâts provoqués par l’énorme marée noire de la plateforme Deepwater Horizon, en 2011. Malgré les protestations de la communauté savante, les océanologues concernés se sont inclinés devant les pressions (...) Puis ont été votées des législations qui limitaient ce que les scientifiques pouvaient étudier et comment. Ainsi la tristement célèbre loi de Caroline du Nord, en 2012, niant la hausse du niveau de la mer ». 

Ce devant quoi on reste songeur – notre plus grand défi en réalité : « Pour qui qui étudie cette période tragique [début du XXIe siècle], le plus stupéfiant est que les victimes savaient ce qui se passait et pourquoi (...) La civilisation occidentale possédait les capacités requises pour effectuer une transition ordonnée mais les technologies disponibles n'ont pas été mises en œuvre à temps. » 

Nous avons été piégés par une croyance fondamentaliste au marché comme solution à tout problème. Klaus Schwab, patron du WEF de Davos, dans le magazine Time du 2 novembre : « Le même système économique qui a créé tant de prospérité à l’âge d’or américain crée maintenant des inégalités massives, le changement climatique et la discorde sociétale [à large échelle]. » 

Le grand Leonard Cohen chantait « Nous avons demandé des signes. Les signes ont été envoyés ». Sur quoi des sociologues ont introduit le concept de « signaux précoces, leçons tardives ». Avec, par exemple, le référendum lancé contre la loi CO2 (insuffisante mais qui va dans le bon sens), on s’obstine dans le refus de tirer des leçons. Heureuses Fêtes.

 

 

21/11/2020

Les philosophes ont les mains blanches et/mais ils n'ont pas de mains ??

A propos de l'initiative sur les multinationales responsables, éclairant article sur les manoeuvres des opposants pour faire taire les Eglises qui, très majoritairement, se sont déclarées favorables à ce texte et le soutiennent activement.

On entend "Les Eglises n'ont pas à se mêler de politique..." C'est inepte. Les Eglises font partie de la société, elles en sont une composante qui a le droit et même le devoir de se manifester (on peut rappeler le rôle de l'Eglise catholique dans la lutte contre le communisme en Pologne ou beaucoup d'autres qui, avec moins de succès malheureusement, on promu la théologie de la libération en Amérique latine).

Les opposants sont terribles, y compris terribles de mauvaise foi. Ce qu'on regrette infiniment est qu'une Conseillère fédérale tombe dans ce travers en affirmant des choses contraires à la réalité (certains disent qu'elle le sait). Quand même préoccupant. Triste.

Il faut défendre très vigoureusement la notion que, quand les Eglises s'engagent sur des sujets de société à composante éthique, solidaire, de droits humains, de décence en matière entrepreneuriale et commerciale etc,  elles font leur boulot. Elles ne le feraient pas si elles se taisaient benoîtement.

Tou-te-s les chrétien-ne-s ne sont pas de cet avis, il y a même quelques éminen-t-e- s représentant-e-s de la tendance indûment "puriste", qui voudraient que les Eglises soient du genre "Les philosophes ont les mains blanches et/mais ils n'ont pas de mains". En pays démocratique, il faut faire avec, bien sûr. Mais cela ne veut pas dire les suivre.