25/04/2018

Le moment qui pourrait marquer le début de la fin de la présidence Trump... On a le droit de rêver

Ouahhh... je sors de suivre sur CNN le discours de Macron devant le "Congrès  réuni" US. Remarquable.

Bien sûr, une hirondelle ne fait pas le printemps. Mais je lève néanmoins mon verre au Président français. Avec l'espoir que ce discours du 25 avril 2018 aura été le "coup de pistolet donnant le départ" du début de la fin de la présidence Trump.

Dans tous les cas, il était évident que la (petite) moité, démocrate, des parlementaires US n'avait pas vécu un moment aussi agréable depuis 18 mois. Et, au sortir de son allocution, Macron est allé vers eux (emmenés par Nancy Pelosi en robe rose !). Pour marquer que, bien qu'aucun démocrate n'ait été invité, ai-je entendu, au repas de gala du soir précédent, il savait que le parti bleu existait.

Ce jeune homme (Macron) en a, pour attaquer aussi frontalement plusieurs des errements et des perversions politiques de son hôte.

 

19/04/2018

Grands-parents pour le climat - on avance ! (II)

Suite de ma note du 29 mars

L’association a vu son assemblée générale, le 26 mars, à Yverdon-les-Bains. Parmi les participants, on a relevé notre Prix Nobel Jacques Dubochet, membre de la première heure, qui s’engage vigoureusement pour l’activité de l’association et s’est dit heureux de voir les actions développées, ainsi que Martine Rebetez, la climatologue connue.

Les GP climat ont oeuvré en faveur de la Stratégie énergétique 2050, heureusement acceptée en votation populaire. Ils ont consacré l’après-midi de leur réunion à des présentations sur les questions d’énergie et de politiques de meilleurs usages en la matière. Avec trois intervenants principaux : Caroline Tacchini, de la Commune de Renens, a décrit les démarches qui y sont entreprises, avec notamment le lancement prochain d’un « crowdfunding » pour augmenter la surface de panneaux solaires posés dans la commune. Renens est une « Cité de l’énergie », comme plusieurs centaines de collectivités publiques en Suisse. Pascal Mullener, délégué à l’énergie de Montreux, a fait de même pour sa commune - aussi « Cité de l’énergie » et qui est montée récemment au niveau Gold dans ce cadre (bravo). Et August Hangartner a illustré les efforts d’une commune plus petite mais active, Echallens, en présentant son Agenda 21 et les réalisations correspondantes.

Dans le débat, une vive recommandation a été faite aux GP climat d’intervenir (motion, pétition…) auprès des Législatifs et Exécutifs de leurs communes, pour qu’elles deviennent « Cités de l’énergie » et développent des Agendas 21. A noter que la démarche Cité de l’énergie propose un programme spécial, allégé, pour les communes de moins de 2000 habitants ! Il importe à l’évidence de travailler depuis la base. C’est en essaimant de proche en proche, par des démarches citoyennes comme par celles des collectivités publiques, qu’on aura une potentialisation des effets de protection du milieu et de préservation de la qualité de vie pour les générations futures. 

 

29/11/2017

Hommage à Janine Resplendino

 

Janine Resplendino, disparue si prématurément, femme politiquement engagée qui a présidé le Conseil communal de Lausanne, a aussi été une personnalité marquante du domaine sanitaire. Infirmière et licenciée en sciences politiques, elle a été infirmière scolaire, puis est entrée au Service de la santé publique ; comme médecin cantonal, j’ai alors eu le privilège durant des années de bénéficier de sa solide, dynamique, toujours stimulante, collaboration. D’une efficacité étonnante, elle savait entre autres talents cultiver des alliances quand nécessaire - et c’est très souvent nécessaire en santé publique. Notre équipe était formée de professionnels qui, vraiment, savaient pourquoi ils travaillaient, à savoir - en toute humilité - la promotion de la meilleure santé de nos concitoyens. Nous avons œuvré  pour ces grands domaines de préoccupation et d’action qu’ont été dans les décennies récentes le sida, la toxicomanie, diverses formes de prévention, l’éducation à la santé - y compris en matière de sexualité.

Elle avait le cœur à gauche mais son engagement n’était jamais agressif ni polémique, elle voulait le bien commun, réduire les inégalités. A sa retraite récente, elle avait logiquement été sollicitée dans le milieu associatif. Entre autres, elle avait rejoint le comité d’Appartenances  et avait fait profiter de ses compétences cette association, qui oeuvre à aider des personnes migrantes dans leur vie (parfois leur survie) dans notre pays. Elle s’est acquis plein de mérites au service de la santé des Vaudois(es). C’est le coeur vraiment  lourd que nous lui disons adieu.