06/04/2013

Vicissitudes de la politique...

J'ai toujours eu de l'estime de principe pour la politique et les politiques. Il n'est simplement pas possible de faire sans eux et ils font un métier difficile. Selon la fomule connue: "Même si vous ne vous intéressez pas à la politique, elle, elle s'intéresse à vous".

Le fait est par ailleurs que les principes moraux et éthiques y sont parfois passablement mis à mal, comme le montre en ce moment l'affaire Cahuzac chez nos voisins. Je n'entends ici donner aucune leçon mais proposer deux citations qui retiennent l'attention.

D'abord, une recommandation (il y a longtemps) de l'humoriste américain Groucho Marx: “ Le secret pour réussir dans la vie est l’honnêteté et le fair-play. Si vous pouvez les feindre/simuler, vous avez gagné ». Intéressant, non?

Dans un autre registre: dans le magazine Time il y a quelques jours, cete déclaration de J. Torsella , ambassadeur US aux Nations Unies à New York: "Nous faisons la modeste proposition que les salles de négociation soient à l'avenir considérées comme une "inebriation-free zone" - zone de non-ivresse. Grandeurs et servitudes... (au reste, je ne pense pas que, en général, diplomates et politiques occupent leur temps de cette manière).

 

 

10:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2013

Ex-cep-tion-nel !

Remarquable "Inaugural Address" de Barack Obama il y a deux heures. Remarquable de tactique politique, on ne saurait être à ce niveau de repsonsabilités sans en faire preuve.

Mais et surtout, lucide et si nécessaire appréciation de la manière dont il est impératif que les Etats-Unis, et le monde (plus ou mons à leur suite ?) réorientent leur manière de vivre et plus largement reconsidérer la vie en société.

Ceci pour s'éloigner d'un modèle où une "shirinking minority" s'engraisse tant et plus et où une "growing majority" vit dans des circonstances de plus en plus difficles. Pour s'attaquer véritablement au réchauffement climatique, aux multiples ingalités, à la promotion de la paix (et, aux USA, pour contrôler le commerce et la disponibilité des armes à feu).

Il aura de la peine, beacoup de peine, à cause des "stonewalling" et "filibustering" annoncés et garantis des Républicains, de la NRA, du Tea Party et d'autres dangereux rêveurs (si on peut dire) attachés à l'idée qu'on peut aujourd'hui gouverner une nation importante comme il y a 200 ans.

Ce soir toutefois, souhaitons-lui de réussir. Tout en le sachant bien il ne l'a pas dit, nous sommes condamnés à réussir. 

20:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/03/2012

Paradoxe des primaires républicaines

Aux Etats-Unis, les primaires républicaines sont marquées par un rôle majeur de questions qui n’ont rien à voir, ou bien peu, avec les qualités requises pour conduire le pays. Très au delà du fair play, les candidats mènent des attaques fratricides tout en invoquant leurs convictions religieuses. Newt Gingrich, à son troisième mariage et après une « carrière » assez libre dans ce domaine, se fait chantre des valeurs chrétiennes et familiales. Rick Santorum, catholique fervent qui a fragilisé ces dernières semaines la probable désignation de Mitt Romney, proclame des principes rigides, « hors-sol » pourrait-on dire, et refuse absolument l’interruption de grossesse, y compris après un viol. Tous s’opposent à la contraception et à l’éducation sexuelle dans les écoles, dont pourtant l’absence ou la faiblesse rendent compte d’un taux élevé de grossesses adolescentes.

 

L’interruption de grossesse est un exemple frappant d’intrusion inappropriée dans le processus politique. Depuis un arrêt de la Cour Suprême de 1973, elle est admise mais la « droite chrétienne » est en croisade permanente contre ce laxisme à son sens homicide. Les candidats républicains se voient contraints de faire preuve de vertu fondamentaliste, laissant entendre qu’ils voudraient voir de tels principes régir la vie publique. Dans le même temps, éclatant paradoxe, tous revendiquent agressivement moins d’Etat, tempêtant contre l’hypertrophie du Gouvernement fédéral et invoquant la liberté sans entraves promise aux pionniers par la Constitution de1787. 

 

Ainsi, des libertariens font de la position sur des questions de conscience personnelle et privée, sans rapport avec les compétences attendues d’un chef d’Etat, un facteur déterminant de leur vote à venir. En réalité, Rick Santorum et d’autres voudraient une société régie sur un mode théocratique alors même qu’ils n’ont  pas de mots assez durs pour les islamistes qui dans d’autres pays souhaitent la même chose.

 

08:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)