30/07/2008

Inqualifiable suffisance de despotes

 

La preuve est éclatante (une fois de plus) que rien n’est jamais acquis dans le domaine des droits de l’homme, d’une part, et de la simple décence dans les rapports internationaux d’autre part… Comment exprimer adéquatement sa frustration devant les inqualifiables manifestations de rétorsion du registre « œil pour œil, dent pour dent » mises en œuvre en Libye, vraisemblablement par une famille qui n’aime guère que ses dérapages soient mis en évidence ?

 

 

Suffisance de ceux que les évènements et parfois la chance ont mis aux commandes d’un pays et qui en tirent un sentiment de toute-puissance et d’impunité, voire de statut semi-divin. Engagé de longue date à promouvoir des relations sereines avec les personnes vivant ailleurs - ou venues d’ailleurs - , je suis attaché au dialogue et à la collaboration avec ceux dont les cadres de référence sont différents du nôtre. Mais, dans le cas particulier, tout de même ! Quelle pitoyable démonstration de susceptibilité démesurée et de mépris, non seulement d’employés gravement maltraités durant des années mais de l’ensemble de ceux qui croient à des rapports respectueux entre les humains. Tristesse.

 

 

 

10:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

23/06/2008

Un signe que véritablement le vent tourne ?

 

 Bravo aux citoyens du district de la Sarine. Quelle bonne nouvelle que l’élection de Carl-Alex Ridoré comme leur Préfet. En toute modestie, je la salue en tant que citoyen attaché, au long d’une carrière consacrée à la santé publique et à l’éthique sociale dont huit ans passés outremer, aux échanges entre personnes d’origines différentes (ceci dit en me souvenant que, si sa famille est venue d’ailleurs, M. Ridoré est un enfant de ce pays où il a toujours vécu). Je m’en félicite aussi en tant que président de la section vaudoise de la LICRA.

 

 

Signe fort que donne Fribourg dans une ambiance nationale où, jusqu’à tout récemment, l’extrême-droite nationaliste assénait jusqu’à plus soif, avec un succès certain dans les consultations électorales, des messages à connotation raciste et xénophobe. Une indication encore, après plusieurs développements depuis décembre dernier, que la population - en tout cas une majorité jusqu’ici trop silencieuse - en a assez des allégations infondées à l’aide de chiffres utilisés abusivement et du rejet de tout ce qui ne bénéficie pas d’un label d’authenticité octroyé par un mouvement qui serait seul habilité à parler des valeurs suisses.

 

 

On peut même espérer que cette élection motive d’autant plus les modérés, les raisonnables et solides que compte encore ledit mouvement, à vouloir en son sein des changements d’orientations et de manières dont notre vie civique profiterait grandement.

 

 

 

12:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

25/04/2008

Dépistage du cannabis dans les écoles - L'exemple de la fausse bonne idée

Le Grand Conseil vaudois vient d’accepter une motion exigeant une loi permettant le dépistage du cannabis dans les écoles publiques. Nouvel exemple - notre bon canton en est affligé depuis vingt ans - de positions dogmatiques de milieux qui se sont improvisés experts en toxicomanie tout en ignorant superbement la complexité de la problématique. Y’a qu’à prohiber et punir !... insistent-ils, balayant du dos de la main l’expérience de milliers d’intervenants (dont il serait ridicule de prétendre qu’ils sont politiquement motivés – le sérieux Bulletin des médecins suisses, dans son édition du 23 avril, comprend derechef un article professionnel soulignant comment ne sont utiles que des options équilibrées). La politique bien sûr a le droit de l’ignorer.

 

 

L’idée cautionnée par une majorité du Parlement pose des problèmes majeurs, à l’école publique, notamment du point de vue des droits de la personnalité. De plus, comme médecin cantonal, j’ai été très sensibilisé à la situation inconfortable du médecin qui devient l’auxiliaire des services chargés de la  répression. Le même souci vaut quand on demande aux pédagogues de le devenir : mélange des genres délétère. Et c’est la droite, si attachée au respect de la sphère privée, qui valide cette orientation malvenue…

 

 

Il faut voir encore comment l’application de la loi souhaitée sera d’une complication kafkaïenne. D’ores et déjà, des parents mandatent des avocats pour contester telle mauvaise note ou mesure disciplinaire infligée à leur enfant. Qui imagine que ces parents vont enregistrer sereinement le résultat positif de tests inadéquatement fiables ? Je prends le pari de vigoureux recours. On demandera à l’école vaudoise le type de preuves qui dont les « beaux » jours de l’athlétisme de haute compétition, à l’Agence internationale contre le dopage et devant le Tribunal du sport ; stimulantes nouvelles activités en vue pour les juristes de l’Etat qui devront défendre les décisions de sanctions.

 

 

La motion en question est une véritable prescription pour le malaise éthique, la dégradation de l’ambiance en milieu scolaire, la méfiance, l’acrimonie, le conflit. Et « accessoirement » pour l’inefficacité ! Qui peut se réjouir de voir notre canton se mettre en vedette avec de telles croisades ? Intéressant aussi de noter que cette dérive est voulue par un député qui consacre beaucoup d’énergie à affirmer que l’école doit mieux se centrer sur ses tâches fondamentales…

 

 

Dr Jean Martin , ancien médecin cantonal

 

09:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)