26/11/2008

Assistance au suicide et « fatigués de la vie »

 

Une étude récente de l’Institut de médecine légale de Zurich montre que ce ne sont pas seulement des malades en grande souffrance et à peu de temps de leur décès naturel qui font appel aux organisations d’aide au suicide. Il y a aussi, de plus en plus semble-t-il, des personnes présentant des affections dont le pronostic n’est pas funeste à court terme et pas toujours très invalidantes. Cette situation pose à l’évidence question.

 

 

Comme une majorité de nos concitoyens (à en croire plusieurs sondages), je suis attaché à la liberté personnelle de décider de mettre un terme à sa vie, souvent une vie longue, quand celle-ci devient trop lourde à porter à cause d’une santé irréversiblement et gravement altérée. Toutefois, cela ne signifie en aucune manière que ce serait « bien » d’envisager le suicide, que ce serait une option comme les autres. En particulier, même si l’article 115 de notre Code pénal dispose que l’assistance au suicide n’est pas punissable sauf si elle est motivée par des mobiles égoïstes, les pouvoirs publics doivent éviter toute attitude donnant l’impression qu’ils cautionneraient le suicide ; c’est dire qu’ils sont concernés quand l’aide au suicide est offerte à des personnes « simplement » fatiguées de la vie.

 

 

L'autorité publique et la santé publique ont un rôle de prévention du suicide ; ce rôle est spécialement important s’agissant de personnes vulnérables, dépressives, isolées, précarisées, comme le sont souvent les « fatigués de la vie ». Et on ne saurait prendre note sans autre du fait que ces derniers, dont l’existence n’est en soi pas menacée à court terme, font appel à l’assistance au suicide. La Commission nationale d’éthique a jugé qu’il n’y avait pas lieu de condamner (ni moralement ni déontologiquement) les médecins qui acceptent dans ce contexte de prescrire aux patients un produit à dose léthale. Mais la situation paraît  bien différente s’agissant de personnes qui décideraient d’en  finir sur la base d’un mal-être du registre psychologique ou social, hors d’une situation pathologique grave et de souffrance majeure. Ethiquement, humainement et d’un point de vue de sens commun, se pose la question de savoir si on doit admettre que des dispositifs organisés dans ce but offrent à ces personnes de les aider. Sans préjudice au droit strict de chacun d’envisager le suicide, c’est le caractère organisé qui fâche. Ne peut-on craindre une glissade vers « l’usine à mourir » ?

 

 

De l’avis de la CNE (1,2,3), une supervision publique des activités des organisations d’aide au suicide est nécessaire – supervision qui au demeurant n’est guère aisée à définir. Il s’agirait à mon sens, par le canal d’un devoir d’annonce des organisations concernées, de s’assurer qu’elles satisfont à des critères et conditions, et de pouvoir ainsi mieux apprécier leur fonctionnement – y compris en effectuant les contrôles nécessaires. Leur champ d’action devrait être restreint  aux personnes en grave souffrance, médicalement sans espoir. On s’assurera aussi qu’elles n’en font pas une activité lucrative – ce qui vraisemblablement représenterait un mobile égoïste au sens du Code pénal et la rendrait punissable.

 

 

Comme toujours dans les affaires de la société, il y a lieu ici de définir les contours d’une tolérance, d’un juste milieu, tenant compte des libertés fondamentales de l’individu, des tâches que doivent assumer les pouvoirs publics, des valeurs de la communauté et de son intérêt à éviter des dérapages éthiquement et pratiquement problématiques.

 

 

 

Dr Jean Martin, ancien médecin cantonal, membre de la Commission nationale d’éthique

 

12:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4)

24/09/2008

Les groupes d’entraide : un vrai plus, une aide précieuse pour beaucoup

 

Les groupes d’entraide autogérés, que les Anglo-saxons appellent self-help groups et les Alémaniques Selbsthilfegruppen, sont un développement important des dernières décennies. Leur principe est le suivant : des personnes « portant » (péniblement) le même problème se réunissent afin de mettre en commun leur vécu, leurs expériences, et en particulier la manière dont elles font face (ou ne parviennent pas à faire face) aux difficultés liées au dit problème. Ceci, il convient de le noter, sans être sous la direction, la « tutelle », de professionnels du domaine - ce qui n’empêche toutefois pas de faire appel aux connaissances ou à l’avis de professionnels quand le besoin s’en fait sentir. Mais l‘idée maîtresse est bien que ce sont avec leurs propres ressources et expériences que les membres du groupe s’appliquent à gérer au mieux leur souci.

 

 

Il y a de très nombreux groupes de ce type, partout dans le monde. NB : dans les régions en développement, les mouvements - en nombre croissant - de cultivateurs, artisans, petits entrepreneurs, qui créent des réseaux pour mieux travailler, participent d’une logique semblable : self-help. self-reliance.

 

 

Quelque 200 groupes en Suisse, coordonnés par 19 centres cantonaux ou régionaux. Les problèmes traités (une préoccupation précise et spécifique par groupe) entrent dans l’une ou l’autre des catégories suivantes : maladies chroniques et handicaps ; difficultés parentales (notamment parents d’enfants souffrant de certaines pathologies) et éducation ; désordres alimentaires ; difficultés psychiques ; personnes âgées ; dépendances ; questions de société (diverses formes de violence et abus, divorce, prostitution, etc.) ; travail-chômage.

 

 

Le 23 septembre a été présenté à Fribourg un ouvrage pratique fort bien fait qui sort de presse : Les groupes d’entraide autogérés – Se soutenir mutuellement pour aller mieux, de Ruth Herzog et Sylvia Huber (Beobachter Verlag, 2008). Je le recommande chaudement à toute personne qui, confrontée à un problème qu’elle souffre de devoir gérer (trop) seule, aimerait rejoindre un groupe d’entraide autogéré ou envisagerait de créer un tel groupe.  

 

 

Heureusement, on n’est pas seul au monde dans une telle entreprise. Renseignements et soutien peuvent être obtenus de deux centres-ressources en Suisse romande, l’Association AVEC à Lausanne (www.association-avec.ch), et Info-entraide Fribourg (www.entraide-fribourg.ch). On peut aussi y obtenir le guide susmentionné, à recommander sans modération.

00:18 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

20/09/2008

Femmes et filles « manquantes » d’Inde

 

 

 

La moindre valeur accordée aux filles fait que, aujourd’hui en Inde, il en « manque » 60 millions… Une décision de la Cour suprême du pays, interdisant la publicité pour des méthodes permettant de connaître le sexe du foetus, fait parler d’un vieux problème - séculaire, millénaire…- de certaines sociétés. Dans les années 1970, j’ai travaillé deux ans en Inde pour l’Organisation mondiale de la santé et ai été amené à prendre connaissance des effets dramatiques de la préférence culturelle pour les garçons : avant les récents développements technologiques, c’était l’infanticide des nouveaux-nés filles qui en était l’expression. Mais aussi le fait que, plus tard, on est prêt à consacrer ses modestes ressources pour le traitement médical d’un garçon malade mais pas pour celui d’une fille… d’où mortalité en excès. La situation est comparable en Chine, aggravée de manière non surprenante par la politique d’un enfant par famille.

 

 

Les moyens nouveaux de la biomédecine ont accentué le phénomène. D’ abo rd l’échographie durant la grossesse qui permet de détecter certaines anomalies du fœtus mais aussi son sexe - d’où beaucoup d’interruptions parce que ce fœtus est féminin - et maintenant d’autres techniques.

 

 

Attaché à l’égalité entre les genres et à la lutte contre tant de formes d’oppression/domination de la femme dans tant de cultures (notamment là où, aujourd’hui encore et même adulte, elle reste pratiquement et juridiquement sous tutelle des membres mâles de la famille), je me disais qu’on pouvait espérer à terme, les personnes de sexe féminin « venant à manquer », que ce déséquilibre rehausserait leur statut social, contribuerait à leur donner plus de droits, de poids, de force, dans les familles et au plan de la société. On peut toujours espérer… Ce que j’entends venant de ces pays fait penser toutefois que ce possible effet « positif » met beaucoup de temps à se concrétiser alors que les effets scandaleux eux se poursuivent.

 

 

14:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)