21/01/2008

Parler de sexualité en Romandie: (pré-)histoire

 

En début d’année, la TSR 2 a présenté le film consacré à Charles Bugnon (1924-1998). A côté de son ministère - peut-on dire - de médecin de famille à Thierrens et environs, il a été un précurseur de l’éducation sexuelle et du planning familial - dans le canton de Vaud et plus largement. Pionnier remarquable, il a aussi connu les avanies des « prophètes », rarement reconnus dans leur propre milieu.

 

Il était devenu un personnage public en 1968 par le film d’Alain Tanner Charles B, médecin de campagne, illustrant son activité de praticien, y compris en plein hiver enneigé ; avec la difficulté à trouver un langage commun entre médecin et patients que, au troisième tiers du XXe siècle, on voyait encore dans le pays profond. Mais c’est son action pour l’éducation sexuelle dans les écoles (là aussi, oser et pouvoir nommer les choses et les faits est essentiel) qui a fait scandale. On a vu des personnalités très en vue vouer aux gémonies celui qui allait à leurs yeux fossoyer la moralité publique… Du jour au lendemain, le Dr B. a perdu près d’un tiers de sa clientèle, disait-il !

 

Ce qui m’a frappé c’est un sentiment du genre « Dire que c’est de là que nous venons…  tant de résistances, si peu d’ouverture ». On voyait à l’époque des oppositions qui aujourd’hui stupéfient. Pourtant, Vaud s’est montré en général ouvert, s’agissant de sujets délicats en matière de santé publique et du registre socio-éthique. Le VIH/sida a représenté un facteur fort d’évolution à partir du moment où, vers 1985, il est devenu un problème majeur de santé publique. Nous avons obtenu sans trop de peine que les quelques communes et établissements qui ne voulaient pas entendre parler d’éducation sexuelle se rallient à la majorité et demandent l’intervention des animatrices de la fondation Profa, chargée d’un mandat dans ce sens.

 

La promotion d’une information et éducation éclairée, équilibrée et ouverte sur de tels sujets, auprès de jeunes gens dont on veut croire qu’ils deviendront des adultes compétents et autonomes, faisant en toute connaissance leurs choix de vie, entreprise jamais achevée…

 

Si vous avez raté l’émission : le DVD du film « Nul n’est prophète… La route du Dr Bugnon » sort dans quelques jours. On peut le commander sur vps@vpsprod.com

 

 

 

11:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2008

Commission nationale d'éthique, à quoi ça sert?


 

 

J’ai la chance de faire partie de la Commission nationale suisse d’éthique pour la médecine humaine, instituée par le Conseil fédéral en 2001 ; il vient de la reconduire pour la nouvelle législature. La CNE a pour mission de suivre l’évolution des techniques de procréation et de génie génétique et de donner des avis sur les questions sociales, scientifiques et juridiques qui en résultent.

 

Au terme de débats approfondis, elle rédige des prises de position sur des sujets comme la recherche sur l’embryon et les cellules-souches, l’assistance au suicide, le diagnostic préimplantatoire (on peut voir www.nek-cne.ch). Il y a peu, nous avons voulu procéder à une évaluation-bilan et avons invité dans ce but quelques personnalités: parlementaires fédéraux, une haute fonctionnaire, des rédacteurs en chef, leur demandant comment elle pourrait mieux encore remplir sa tâche. Le fait que la Commission se soit penchée sur des sujets actuels en termes politiques et sociétaux a été salué. On a souhaité qu’elle devienne proactive, anticipe et établisse une sorte de Landkarte en matière bioéthique. Sa manière de communiquer a été jugée adéquate ; avec une réserve toutefois en ce qui concerne l’information du grand public - vulgarisation au meilleur sens du terme, dans un sens de décodage des questions - et l’interaction avec lui.

 

Les échos médiatiques de l’action de la CNE sont relativement nombreux. A noter que, sur des sujets toujours complexes, ses rapports ont essuyé des critiques de représentants de lignes philosophiques ou spirituelles particulières. La Commission consacre beaucoup d’attention et de temps à être à l’écoute de différentes opinions, dans une société ouverte et pluraliste. Elle s’efforce de parvenir à des positions acceptables par la plupart qui cependant - sauf à rester dans la banalité - ne sauraient faire l’unanimité. Mais on peut estimer remarquable par exemple que, sur un thème comme l’assistance au suicide, onze de ses douze thèses aient été acceptées à l’unanimité ou pour le moins sans avis contraire. Relever aussi, comme l’a fait une des personnes consultées, que certains sujets bioéthiques sont du registre de l’indécidable… Il est vrai que parfois l’éthique pose plus de questions qu’elle ne donne de réponses (réponses que chacun élaborera pour lui-même, se souvenant de cette définition simple de l’éthique : « Comment faire pour bien faire ? »).

 

Un aspect d’importance a été soulevé : les enjeux en matière d’éthique des sciences de la vie et de la santé sont majeurs ; il devrait être évident qu’un pays comme la Suisse, pour qui l’enseignement de haut niveau et la recherche sont des créneaux porteurs essentiels pour l’avenir, devrait être doté d’une commission d’éthique qui véritablement réponde aux attentes mises en elle – et ceci aussi en comparaison internationale. Or, on voit que l’ambiance politique « de base », au Café du Commerce populiste, est qu’un peu de bon sens terrien suffit pour apporter des réponses appropriées, d’une part, et que d’autre part les relations et coopérations internationales, cela ne sert à rien ! On croit entendre ceux qui à la Révolution française ont guillotiné Lavoisier au motif que « La République n’a pas besoin de savants »… Préoccupant. Le frugal modèle de milice dont nous sommes fiers a ses mérites mais aussi ses limites. Et il convient de se montrer discriminant quant aux domaines dans lesquels réflexion et action sont urgentes ou ne le sont pas.

 

09:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2008

"Une mort très douce"


 

 

Grandes manoeuvres à l’occasion du centenaire de la naissance de Simone de Beauvoir. Accaparé par une activité de nature scientifique, j’ai dans le passé trop peu lu les « grands auteurs ». Articles et émissions sur le « Castor » (tout en m’apprenant que ce surnom lui venait de la proximité de son nom avec beaver, castor en anglais) m’ont fait trouver sur les rayons de la bibliothèque familiale « Une mort très douce » (Gallimard, 1964), sur les dernières semaines de sa mère, morte des suites d’un cancer à fin 1963.
 
Histoire forte d’une relation mère-fille difficile, dans des conditions où cette dernière s’est émancipée en tant que femme (entre autres et particulièrement), d’une manière inouïe jusqu’alors.

 

« Déformation »  professionnelle, j’ai été interpellé par les remarques faites sur l’attitude de mes confrères français de l’époque, avec ce côté paternaliste pas rarement autoritaire, de gens qui savent ce qu’ils ont à faire et s’embarrassent peu de l’avis du patient et de ses proches…
Réflexions aussi sur le dialogue avec les mourants, la vérité qu’on leur dit ou pas, la lutte contre la douleur. Avec des notations qui font que ce récit reste très actuel quant aux questions que pose la fin de vie - débats d’aujourd’hui sur les soins palliatifs, l’assistance au suicide, l’euthanasie.

07:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)