14/02/2016

Médecin de dernier recours - Un livre du Dr François Choffat

 

Le Docteur François Choffat est bien connu de Suisse romande. Il publie aux Editions d'en bas (Lausanne) un livre qui est une sorte de biographie et de bilan. Nous partageons d’avoir tous deux travaillé en début de carrière dans des pays en développement - le Maroc pour lui. Après avoir été assistant dans des hôpitaux romands et travaillé outremer, l’auteur s’est installé comme généraliste. Sa curiosité de paradigmes médicaux autres (y compris guérisseurs et « panseurs de secret » dans le Jura) et des expériences positives dans des situations où l’allopathie s’avérait décevante l’ont amené à s’attacher à l’homéopathie. Il s’est aussi beaucoup préoccupé d’alimentation, en étant un disciple de Catherine Kousmine, et a fondé un Centre de santé holistique.

« Le chamanisme et la chirurgie sont les symboles de deux pratiques diamétralement opposées de l’art de guérir... un pôle humaniste et un pôle mécaniste. Pour moi, ces deux pôles sont devenus indissociables, et complémentaires comme le cerveau gauche et le cerveau droit (…) Dans ma pratique, il y a d’un côté l’héritage revendiqué de la médecine conventionnelle, de l’autre certaines médecines complémentaires.»

C’est toute une trajectoire que retrace Médecin de dernier recours, titre lié au fait que, pas rarement, des patients se sont adressés à lui après avoir cherché du secours ailleurs, en particulier dans la médecine orthodoxe, sans qu’un remède soit trouvé. Il se dit aussi « médecin des causes perdues ».

Choffat s’attache à décrire ses débuts en homéopathie, ce qu’il a appris de cette méthode, ainsi que d’autres démarches dans lesquelles il s’est formé. L’ouvrage fourmille de vignettes cliniques illustrant le propos. Il consacre un chapitre à ses réserves vis-à-vis des pratiques vaccinales qu’il juge trop systématiques (tout en ne les excluant pas) et influencées par l’industrie. Un autre est dédié à la sclérose en plaques, une des « causes perdues » pour lesquelles on faisait appel à lui.

A propos de la pratique de la médecine : «  Le médecin devrait tempérer la dictature des statistiques par le bon sens, en fait par l’évidence du patient qui recourt à ses soins, son vécu, son témoignage.» Sur certaines dérives actuelles : « Pour exorciser sa peur du néant, l’homme moderne n’a de cesse de survaloriser son corps. Il le déguise, le maquille le rajeunit, le drogue… la médecine, service après-vente des maladies provoquées par stress, angoisse, obésité. »

A son dernier chapitre, l’auteur relève avoir toujours été captivé par les physiciens, mentionnant une demi-douzaine de grands noms, et leurs intuitions : « Ces mystères nourrissent ma méditation et m’imprègnent de la transcendance de la Vie. Dans leur sillage, je suis au carrefour de la poésie, de l’humour, de la métaphysique (…) Ces physiciens connaissent la profondeur de leur ignorance. Leur façon de penser questionne notre médecine institutionnelle et son rationalisme dogmatique. "

Les attitudes ont passablement changé à l’endroit des méthodes qu’on ne souhaite plus appeler parallèles ou alternatives mais complémentaires. Aujourd’hui, il me paraît que beaucoup peuvent se dire d’accord avec F. Choffat que « le fait d’affirmer qu’il n’y a pas de salut en dehors de la médecine officielle relève de l’arrogance.» Cela étant, on ne sera pas toujours d’accord avec l’auteur dans ses affirmations. Mais on ne saurait nier son ouverture aux choses « autres », sa sincérité, et son engagement. Ce livre est un exemple d’efforts tout à fait estimables, par des médecins au terme d’une carrière bien remplie, de rassembler vécu, leçons tirées, questionnements, sous une forme aisément accessible à d’autres.

 

 

02/02/2016

Pour une laïcité de raison et pas d'agression

Dans un texte récent sur la laïcité, Pierre Kunz, président de l'Institut national genevois, rappelle qu’elle a pour objet la neutralité des pouvoirs publics vis-à-vis des religions et la non-ingérence de ces dernières dans la marche propre de l’Etat - et pas autre chose. Il est important de le souligner. Or, à entendre en France intellectuels ou politiques en parler, tout se passe comme si on voulait ignorer le fait religieux, écartant l’évidence qu’il est partie intégrante de la diversité d’une société pluraliste. Pire, on sent parfois une volonté, au moins un souhait, d’éradiquer ce fait de la vie publique. Démarche dénuée de sens commun, voir l’échec des efforts dans ce sens au XXe siècle dans des régimes totalitaires. Alors, dans le pays gardien des droits de la personne, au XXIe siècle…

Ce qui choque, ce sont les déclarations trop souvent exemplaires d’intolérance liées à cette conception « française » - apparemment très majoritaire. Comment peut-on imaginer que cette manière agressive faciliterait le vivre ensemble qui manque cruellement en ce moment et dont la promotion est un rôle majeur les pouvoirs publics ? Elle a à l’évidence des aspects de rejet, voire insultants, pour les adeptes d’une religion (étant entendu que la façon de montrer publiquement son appartenance ne saurait être elle-même agressive ou limitatrice de la liberté des autres, agnostiques et athées compris). Le canton de Genève entend en ce moment se doter d'une loi sur la laïcité, fort bien. Qu’il s’inspire ce faisant du principe de neutralité religieuse et pas des positions exacerbées qu’on observe outre-Jura.

 

30/12/2015

Voile à l'école: la sagesse du Tribunal fédéral

 

 

A propos de voile, on reste incrédule et vivement préoccupé devant les outrances de certains politiques qui oublient allègrement que la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. On attendrait d’eux, pourtant, qu’ils se souviennent que des mesures autoritaires et qui interdisent ne sont imaginables que s'il y a atteinte caractérisée aux droits ou aux intérêts d'autres. Or à qui, ici, le port du voile par quelques écolières musulmanes fait-il du tort ? A personne, poser la question c’est y répondre. Et ce sont les grands défenseurs de la suissitude, dont un des fondements pourtant est le respect des minorités, qui entendent bannir le voile...

Merci au Tribunal fédéral, dont la décision signifie entre autres choses qu’on ne saurait décider sans motif majeur que certaines minorités méritent moins que d’autres de bénéficier de la protection du droit public. Remarque en passant : on connait les Amish, dont les filles portent de routine un bonnet du type de celui chez nous de diaconesses. Ceux qui semblent avoir vocation de susciter l’agressivité, de créer le conflit là où il n’y en a actuellement pas trace, chercheraient-ils cas échéant à interdire un tel bonnet ? Je me souviens d’une forte prise de parole d’un professeur de droit, disant qu’on ne saurait en aucune manière mettre sur le même plan le port du voile dans l’espace public , selon qu’il s’agit d’une religieuse chrétienne ou d’une personne musulmane ; je ne suis pas certain que cette impossibilité de comparer (des voiles d’allure semblable) saute aux yeux de tous.

Le 14 décembre, le « 12:30 » de la radio romande La Première évoquait la signature d’une convention entre l’Etat du Valais et les Eglises reconnues à propos de l’enseignement religieux à l’école. J’ai trouvé bienfaisant d’entendre Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, affirmer « Le but est d’affirmer les valeurs chrétiennes mais il ne s’agit ni d’exclure ni de contraindre (…) Le christianisme a pour but de travailler à la paix sociale, avec un objectif très fort d’ouverture et d’accueil de l’autre et du différent. » Il a aussi mentionné une intention d’intégrer, dont on sait combien il faut la distinguer de celle d’assimiler. Intéressant de relever que c’est le Ministre de l’instruction publique Oskar Freysinger qui signait dite convention au nom du Conseil d’Etat. On veut espérer qu’il se rallie pleinement à l’accent mis par Mgr Lovey sur l’ouverture à la différence.

Un remarque sur le point - souligné avec force par des représentants d’un milieu politique qui ne nous a pas habitué à tant de féminisme - selon quoi le voile serait un signe caractérisé de soumission à l’homme voire d’oppression. Le voile peut clairement être autre chose que symbole de domination ; désir par exemple de garder un élément d’habillement lié à une culture d’origine. Nos grand-mères ne sortaient guère de chez elles « en cheveux » et portaient le plus souvent un foulard.

Il convient aussi d’évoquer la référence trop aisément faite à la laïcité exacerbée à la française, pour le moins pas promotrice de convivialité, inadaptée à notre réalité. Dans un pays qui depuis sa fondation a vécu très pratiquement les différences culturelles, il faut de loin préférer le principe qui est le nôtre de neutralité religieuse des pouvoirs publics.

Les commanditaires des démarches demandant des lois anti-voile sont en réalité des pompiers pyromanes. Ils inventent des crises, ou dans tous les cas en exagèrent le risque. Le plus grave, au plan général, c’est que ces poussées tendent à annuler tant d’efforts, au cours des décennies, pour passer le message que l’autre ne doit pas faire peur et que, humain comme nous, il a le droit d’adopter des références et des habitudes autres que les nôtres.

Il y a près de 60 ans, Albert Camus lançait dans son discours de réception du Prix Nobel : « Chaque génération se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse (…) Devant un monde menacé de désintégration, elle sait qu'elle devrait, dans une sorte de course folle contre la montre, restaurer entre les nations une paix qui ne soit pas celle de la servitude et refaire avec tous les hommes une arche d'alliance. » Prémonitoire, non ?. Dans tous les cas, l’intérêt public n’est certainement pas servi en attisant des atmosphères de guerres de religion par des demandes stridentes interdictions inutiles.