19/12/2018

Relations entre cultures – Ces choses qui bousculent nos références

J’ai été interpellé fin 2018 par les échos (notamment Le Temps du 28 novembre) d’une situation surprenante : les autorités indiennes suspendaient leurs tentatives de récupérer la dépouille d’un American (téméraire) tué par une tribu protégée, dans le Golfe du Bengale ; l’ONG « Survival International» les approuvait. Dans plusieurs endroits du monde, on limite ou on interdit l’entrée dans des territoires autochtones (y compris au Brésil, mais cela tiendra-t-il sous le président Bolsonaro ?). Justifié voire nécessaire, pour ce qui me concerne.

Cela suscite d’autres réflexions sur les rapports inter-cultures, moins marqués qu’auparavant par la suprématie alléguée des modèles du Nord-Occident, blanc et de tradition chrétienne. Loin d’ici aussi, ce dont traite un article de l’anthropologue Anne Lavanchy (24 heures du 28 novembre 2018) sur les Mapuche du Chili, suite à un assassinat : "Les revendications autochtones sont criminalisées au Chili, pays centralisé ne laissant qu’une place infime à des manifestations de diversité. Les partis politiques se rejoignent pour qualifier de terroristes les demandes de reconnaissance de la dette historique de la conquête, de droit à l’autodétermination, de récupération des terres. L’Etat chilien entretient des mécanismes structurels de discrimination."*

Autres registres : je me dis « émerveillé » par l’évolution des attitudes sociétales vis-à-vis de l’homosexualité et des LGBTI, même s’il reste du travail. Médecin cantonal, je constatais ici il y a 40 ans des jugements à l’emporte-pièce et des rejets massifs, sans discussion possible, qui frappaient. Le bulletin de décembre 2018 d’Amnesty salue le fait que la Cour suprême de l’Inde vient de déclarer que les relations sexuelles entre adultes de même sexe ne sont plus condamnables. Mais la peine de mort reste inscrite, pour cette cause, dans la loi de plusieurs pays. Lenteur des évolutions « dans le bon sens »… Bon sens qui pour moi serait fondé sur les Lumières et la Déclaration des droits de l’homme de 1948, dans le cadre de régimes démocratiques libéraux (au sens socio-juridique du terme). Mais ce modèle démocratique - dont j'ai pensé que son avènement était inéluctable partout - que le sens de l’Histoire était clair!, ce modèle a de la peine au sein même de l’Occident, avec la montée de régimes autoritaires dont les convictions démocratiques apparaissent de façade.

A cet égard, un titre du rédacteur en chef de la Neue Zürcher Zeitung (pas vraiment un organe populiste), le 1er décembre, intitulé « Die Ära der Werte ist vorbei » (l’ère des valeurs est passée), m’a bousculé. Article différencié, c’est vrai, tout en critiquant vertement la politique étrangère idéaliste de l’Occident récemment (jusqu’à l’arrivée de Donald Trump et quelques autres). Constatant le retour d’une « Realpolitik » sans grands scrupules.

L’ambiance générale n’est donc pas à plus de sensibilité et compréhension interculturelles. Je le regrette tout en imaginant que, avec mes « idées de jeunesse » du siècle dernier, je suis – ou vais être - dans une marge minoritaire.

 

*Sur le groupe de l’extrême Sud du continent, les Alakalufs ou Indiens de canot, il faut lire l’extraordinaire « Qui se souvient des Hommes… », de Jean Raspail (Robert Laffont, 1986), dont on ne sort pas indemne.

 

 

 

25/11/2018

Climat: Dialogue intergénérationnel à l'UNIL le jeudi 29

Les menaces qui pèsent sur notre climat se font de plus en plus pressantes. Le long été que nous venons de vivre, les vendanges précoces, la disparition annoncée de la plupart de nos glaciers rappellent l’urgence d’agir.

Depuis quelques années déjà, ces constats inquiétants ont conduit des grands-parents à travers le monde à se mobiliser et à se constituer en associations qui œuvrent à la sensibilisation du public et au dialogue avec les jeunes.

Pour clore cet été de tous les records, les "Grands-parents pour le climat - Suisse romande (www.gpclimat.ch) organisent, en collaboration avec l’Université de Lausanne,

Jeudi 29 novembre, 18h15

UNIL, Amphimax, auditoire 351

une soirée de réflexion et de dialogue intergénérationnels avec les Professeur-e-s Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie et Martine Rebetez, climatologue. Une demi-douzaine d’associations de jeunes concerné-e-s par les enjeux environnementaux seront présent-e-s pour échanger avec les conférenciers et le public, ainsi que pour faire connaître leurs actions.

Intéressante initiative et occasion de rencontre ...

25/09/2018

Récit substantel et attachant d'un médecin de famille vaudois

A propos de: Christian Danthe - Un rescapé de l’absolu

1450 Sainte-Croix : Editions Mon Village, 2018.

Le Dr Danthe a été médecin de famille à Vallorbe, dans le Jura vaudois, durant 35 ans. Il a toujours été intéressé par la réflexion et l’écriture et, à sa retraite, a repris dans son galetas sa « nécropole de papier », les cinq cents dossiers de ses patients décédés (sur une patientèle de six mille personnes).

« Au fond de moi, j’ai conscience d’être habité par ceux que j’ai rencontrés. Je suis tissé des autres. Les métamorphoses de la vie active ont ébranlé mes certitudes au profit de représentations plus souples. C’est le souvenir des relations qui donne un sens à l’ensemble du cheminement. » « Ce qui apparaissait futile a gagné en gravité. La vie est transgression. Le timide a enfin osé son cri de colère, la servante s’est mise à danser, le prêtre est tombé amoureux. » « J’ai mis quelques dizaines d’années pour apprendre à m’émerveiller des ressources des personnes et à me débarrasser de mon tic spirituel qui consistait à juger, à normaliser. »

Au cours de 38 chapitres, se basant sur les histoires qui lui ont été confiées, l’auteur développe des réflexions substantielles. D’abord son enfance dans un milieu évangélique. Il est aujourd’hui agnostique mais reste marqué par les Ecritures. Les philosophes grecs et romains sont aussi présents, avec ceux de Lumières et certains modernes – mais aussi les chamanes.

Parmi les thèmes débattus : les aléas de l’existence bien sûr, la mort et l’attitude devant elle, la mort/imprévue, la croyance ou pas à une vie après la vie, la mort de l’animal compagnon. Et aussi l’amour et la perte de l’aimé, l’enfant homosexuel (il y a quelques décennies), le sida, une migrante bohémienne et les risques de racisme - et même des revenants rendant visite à un proche ! Terminant par l’actualité, « les tentations messianiques » et transhumanistes.

Mes confrères médecins ne sont pas rares qui ont, au terme de leur carrière, pris la plume pour parler de celle-ci. L’essai (en termes de rugby) de Christian Danthe est réussi. Ouvrage bien écrit, « buissonnant » comme disent les Vaudois, nourrissant par ses récits de compagnonnage avec ceux qui le consultent. Dans ses dernières lignes : « Le moment venu, j’aimerais me retirer sur la pointe des pieds en disant : ‘C’était imparfait mais c’était bien’ ».

Un rescapé de l’absolu est à recommander. Sans doute faut-il un peu de temps pour lire ces quelque 500 pages mais tentez la lecture, elle en vaut la peine.