28/12/2011

L’interdiction des comportements racistes est fondamentale

A propos de l’article de Philippe Maspoli (24 Heures du 24 décembre 2011), je reprends un courrier de lectrice de

Andréa Rajman, Secrétaire générale de la LICRA-Vaud (association que j'ai le plaisir de présider):

 

Je n’étais pas à St-Laurent le 20 décembre et ne saurais donc me prononcer sur les faits. Mais je salue l’article précis de Philippe Maspoli à propos du fait  (ou pour le moins de l’éventualité) qu’une personne Rom se soit vu refuser d’acheter son repas au McDo. Le contexte est délicat il est vrai, la mendicité suscite des réactions diverses, y compris dans les milieux politiques - même si on peut rappeler que la liberté d’agir est une des règles principales d’une société libérale.

 

Dans tous les cas, merci à Mme Claire Ansermet d’avoir réagi, au nom de la norme pénale antiraciste inscrite dans la loi, à l’article 261 bis du Code pénal ainsi que, sans doute, pour promouvoir une ambiance de bonne compagnie entre tous ceux qui vivent dans ce pays. On note avec intérêt que la direction de McDo Suisse dit prendre la chose très au sérieux. Cet épisode montre une fois encore, s’il en était besoin, que la prévention et la lutte contre le racisme et contre toute discrimination sont une entreprise de tous les jours, jamais achevée, même en un temps ou l’ « esprit de Noël » devrait nous amener à la tolérance et à plus de respect. Il faut savoir ne pas regarder ailleurs quand on est témoin de comportements inacceptables de cet ordre, chaque fois qu’il s’en présente.