21/01/2022

"Enfants sans tabac" (suite) - Voter OUI

Les opposants à l’initiative, qui comme d’habitude disposent de grands moyens financiers, nous caricaturent comme si nous souhaitions l'interdiction de tant de bonnes choses… On a le ridicule de prétendre que, après la publicité pour le tabac, on voudra limiter la consommation du cervelas (en Suisse alémanique et, en Suisse romande, du saucisson...). Arguments bêtes et méchants ! Il faut réaliser que, avec de telles déclarations extrémistes et dans un autre domaine, on n'est pas loin des positions libertariennes qui compliquent la maîtrise de la pandémie covid.

Qu’on permette une remarque à propos de liberté de faire tout et n'importe quoi : pourquoi s’arrêter au feu rouge, n'y a-t-il pas là une atteinte grave à ma libre détermination ? Or, de telles règles sont nécessaires parce qu'il s'agit de respecter les autres et leur intégrité physique. Or, le tabagisme cause dix mille morts par an dans ce pays, personne ne conteste que c’est un grave problème de santé publique.

Surtout, plus la pratique a été commencée tôt, plus il est difficile de s'en défaire, et plus les dégâts physiques et psychosociaux (association avec l'abus d'alcool, violences) sont graves. Si on veut protéger l’intégrité des enfants, il faut donc les protéger du tabac. Les associations médicales qui s'engagent pour l’initiative « Enfants sans tabac » sont une liste impressionnante, avec au premier rang celles des pédiatres, médecins de famille, spécialistes des poumons, et la FMH. Elles ne sont en aucune manière des doctrinaires qui aimeraient nous priver de nos plaisirs, mais elles entendent mettre les intérêts de la santé avant les profits des "marchands de maladies"..

14/12/2021

 Le 13 février prochain: voter Oui à l’initiative "Enfants sans tabac !"

L'attitude de la Suisse officielle à l'égard du tabagisme et de l'industrie du tabac est un scandale, de longue date. D'abord, il est inacceptable que notre pays n'ait pas encore signé la Convention-cadre de l'OMS y relative. Le parlement fédéral se couche, c'est la seule manière de le décrire, devant les lobbyistes des cigarettiers.

Sur la route d'une situation plus présentable de notre pays dans ce domaine, un premier pas indispensable est d'accepter l'initiative soumise au peuple en février prochain. Il y a là un impératif médical et de santé publique, pour protéger la santé de nos enfants et de nos jeunes, un impératif éthique aussi. La Susse ne doit plus être un mouton noir en matière de prévention du tabagisme - dont on rappelle qu'il tue dans notre pays quelque dix mille personnes chaque année.

 Le 13 février prochain: voter Oui à l’initiative "Enfants sans tabac !"

L'attitude de la Suisse officielle à l'égard du tabagisme et de l'industrie du tabac est un scandale, de longue date. D'abord, il est inacceptable que notre pays n'ait pas encore signé la Convention-cadre de l'OMS y relative. Le parlement fédéral se couche, c'est la seule manière de le décrire, devant les lobbyistes des cigarettiers.

Sur la route d'une situation plus présentable de notre pays dans ce domaine, un premier pas indispensable est d'accepter l'initiative soumise au peuple en février prochain. Il y a là un impératif médical et de santé publique, pour protéger la santé de nos enfants et de nos jeunes, un impératif éthique aussi. La Susse ne doit plus être un mouton noir en matière de prévention du tabagisme - dont on rappelle qu'il tue dans notre pays quelque dix mille personnes chaque année.