22/10/2020

Peut-on parler de "après le coronavirus"? Pas évident...

Les Editions d'en bas, à  Lausanne,  viennent de publier un ouvrage collectif intitulé "Tumulte postcorona - Les crises, en sortir et bifurquer".  Je le recommande autour de moi (tout en étant subjectif, j'ai l'honneur d’être parmi la cinquantaine de co-auteur-e-s).  Et je reçois des commentaires tout à fait substantiels. Ainsi, ce message d'un ami:

"J'ai commandé "Tumulte postcorona". Je suis toujours à la recherche de ce genre de réflexions sur l'avenir. Peut-être un petit peu tôt pour parler de postcorona, alors que nous sommes encore en plein dedans...

Ceci dit, je ne suis pas sûr que les fabricants d'armes, de médicaments, de pesticides, de pétrole, de gadgets inutiles et autres imbécilités, soutenus par les banques et la finance, aient envie de changer quoi que ce soit. Il n'y a qu'à constater que les sondages sont serrés avant l'initiative pour des multinationales responsables. Cela signifie que la moitié (j'espère moins que cela, le 29 novembre) de la population se fout comme de l'an quarante de l'évolution actuelle. Le "moi d'abord, les autres s'il en reste" est malheureusement encore très vivant.

Depuis 1972, quand les époux Meadows ont publié "Limits to Growth" (ça va bientôt faire 50 ans !), une grande partie du monde est convaincue que la technologie va sauver la planète. Et ça, ça fait peur. La grande majorité des gens n'ont pas vraiment compris ce que signifie avoir une seule Terre. En bref, je suis moyennement optimiste pour que les changements nécessaires soient mis en pratique avant la grosse casse."

Si juste. Cela étant, mon correspondant et moi, on espère être trop pessimiste. Mais, en tout cas, nous sommes des optimistes inquiets.