08/12/2021

Introduire l’écocide dans le droit international et permettre à la CPI d’agir

La vingtième session de l'Assemblée des États Parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) s'est ouverte le 6 décembre à La Haye.  En réponse à la demande politique, un groupe d'experts indépendants composé d’avocat.es du monde entier, spécialisé.es en droit international et de l'environnement, s’est attaché à rédiger une définition claire de l’"écocide" en tant que cinquième crime potentiel en vertu du Statut de Rome. https://www.icc-cpi.int/Pages/item.aspx?name=pr1632&ln=fr

On pouvait suivre hier soir une importante visio-réunion à ce sujet, qui a vu intervenir certains des experts impliqués, notamment Mme Dior Fall Sow, du Sénégal, juriste auprès des Nations Unies, Mme Jojo Mehta, présidente de la Fondation Stop Ecocide, de Londres, le professeur franco-anglais Philipe Sands et des personnalités de pays particulièrement touchés, Bangladesh et Iles Samoa par exemple.

A l'évidence, il importe de définir/circonscrire le terme écocide, d'abord, puis de l’ancrer dans le droit international pour ouvrir la voie à des instructions de la CPI - avec les sanctions potentielles correspondantes.

03/12/2021

Les geais - et les autres - sont de sortie !

En fin de cette superbe matinée,  dans le bois de Bussigny:  vu trois geais ensemble, y compris picorant sur le sentier (première fois que cela m'arrive, mais je suis un béotien amateur). Un quatrième (ou un des premiers) deux cent mètres plus loin. Et des petits oiseaux à la demi-douzaine, voletant ici et là. Rouge-gorge. Mésanges. Pinsons ? (bêtement je n'avais pas mes jumelles, mais il faut dire que ces derniers temps en forêt on ne voyait pas grand chose bouger).
 
Je me suis demandé s'ils étaient mis "en joie", en mouvement, par la glorieuse météo... et, en fait, cette activité était concentrée du côté ensoleillé/sud de la forêt.  Aussi entendu un geai, un peu plus tard. Et un pic vert.
 
Sylvo-(ornitho) thérapie. Magnifique.

01/12/2021

Etonnant, non ? Dramatique, oui ! La nature et nous

 
Sur "La Première", vers 12 h. 50 mercredi 1er décembre, entretien avec Cyril Dion, le remarquable réalisateur français, un pionnier, co-auteur du film "Demain", dont le nouveau film "Animal" sort sur les écrans ces jours -  les premiers échos font penser qu'il est "à voir" - il y a aussi un livre.
 
À propos de notre éloignement de la nature (de la biosphère), de notre découplage ignorant par rapport à l'environnement: Dion évoque ces études dans des villes américaines montrant que leurs résidents, surtout ceux des quartiers défavorisés, disposent du terme "oiseau" mais sont incapables de distinguer, même, une demi-douzaine d'espèces familières autour d'eux. De la même manière, ils connaissent le vocable "arbre", sans distinguer les différentes essences dans leur milieu de vie - y compris dans les parcs dont les villes sont tout de même dotées généralement.
 
NB: il cite aussi le philosophe français si proche de la nature, coureur des bois et des monts, Baptiste Morizot. Quelqu’un dont il faut lire les formidables ouvrages.
 
Pourtant (je parle pour moi), la connexion avec une nature diversifiée et pas trop tenue en laisse est une telle source d'émerveillement, de joie, de sérénité.