21/11/2020

Citer la source...

Dans le texte que je viens de mette en ligne, j'ai omis de dire où est publié l'article que je commente. Il s'agit de: "Les Eglises peuvent-elles être hors du monde ?", Le Temps, 21 novembre 2020, page 7.

 

 

Les philosophes ont les mains blanches et/mais ils n'ont pas de mains ??

A propos de l'initiative sur les multinationales responsables, éclairant article sur les manoeuvres des opposants pour faire taire les Eglises qui, très majoritairement, se sont déclarées favorables à ce texte et le soutiennent activement.

On entend "Les Eglises n'ont pas à se mêler de politique..." C'est inepte. Les Eglises font partie de la société, elles en sont une composante qui a le droit et même le devoir de se manifester (on peut rappeler le rôle de l'Eglise catholique dans la lutte contre le communisme en Pologne ou beaucoup d'autres qui, avec moins de succès malheureusement, on promu la théologie de la libération en Amérique latine).

Les opposants sont terribles, y compris terribles de mauvaise foi. Ce qu'on regrette infiniment est qu'une Conseillère fédérale tombe dans ce travers en affirmant des choses contraires à la réalité (certains disent qu'elle le sait). Quand même préoccupant. Triste.

Il faut défendre très vigoureusement la notion que, quand les Eglises s'engagent sur des sujets de société à composante éthique, solidaire, de droits humains, de décence en matière entrepreneuriale et commerciale etc,  elles font leur boulot. Elles ne le feraient pas si elles se taisaient benoîtement.

Tou-te-s les chrétien-ne-s ne sont pas de cet avis, il y a même quelques éminen-t-e- s représentant-e-s de la tendance indûment "puriste", qui voudraient que les Eglises soient du genre "Les philosophes ont les mains blanches et/mais ils n'ont pas de mains". En pays démocratique, il faut faire avec, bien sûr. Mais cela ne veut pas dire les suivre.

18/11/2020

C'est l'AGEFI qui le dit ce jour, pas des gauchistes idéalistes

«Un oui à l’initiative serait indéniablement un plus pour la Suisse»

Hugo van Buel, le dirigeant de Cla-Val Europe, fait partie du comité de soutien de l’initiative pour des multinationales responsables. Pour l’industriel vaudois, il est urgent que le pays soit concurrentiel à l’international en matière de législation sur les droits humains et environnementaux.