15/03/2019

Climat - Les élus, sensibles aux préoccupations de la population ?

« Les mobilisations qui essaiment en Suisse et ailleurs frappent les observateurs par leur ampleur, leur jeunesse et leur ton radical » - remarque d’un observateur des manifestations qui ont réuni 40'000 personnes en Suisse le 2 février. Et, à Lausanne, à nouveau  lus de 10'00 ce jour 15 mars. Parmi les phrases lancées dans ces marches : « les dinosaures aussi pensaient qu’on avait le temps », « la planète, tu la préfères bleue ou cuite ? », « il n’y a pas de planète B ». Le programme le plus synthétique « Changer le système, pas le climat ». Un groupe de Médecins en faveur de l'environnement : "Urgence - Baissons la fièvre!"

On est en face d’un mouvement de fond. Marquent en particulier la masse de la jeunesse et sa motivation. Mais les enjeux sont tels qu’on reste perplexe. Bertrand Kiefer, le médecin et éditeur genevois, écrit dans sa Revue médicale suisse : « En 2019, le climat, la finance folle et la croissance des inégalités feront un peu parler d’eux. Bien loin cependant de leur réel impact (…) Dans ces débats, les éthiciens se sentent la responsabilité de mettre des nuances mais ces nuances déroulent une histoire bisounoursée ». Que les philosophes dont il parle voient la réalité trop en rose n’est pas trop grave. Ce qui l’est, c’est quand les politiques dorment, ne veulent pas savoir que le dérèglement climatique représente une situation de grande urgence. Peut-être parce que ce qui se passe au niveau planétaire est trop « gros », trop multifactoriel, que cela fait peur… Pourtant les élus ont le devoir de voir large et loin. En ce qui concerne le climat, beaucoup regardent leur bout de nez ou regardent ailleurs.

Les jeunes et moins jeunes qui s’engagent méritent beaucoup mieux que la désinvolture, l’ironie voire les insultes que tel ou tel notable leur adresse.  On a même - bêtement - allégué qu’ils étaient manipulés par des idéologues totalitaires. Totalitaires, celles et ceux qui tentent de sauvegarder une existence vivable pour nos petits-enfants ?

Mes amis et anciens collègues de parti  (je suis un ancien député et constituant radical) sont-ils trop occupés pour se pencher sur les faits et les conclusions fermes, massivement majoritaires, des scientifiques ? Les mieux disposés vous écoutent, voire consentent qu’il y a problème mais le saut logique consistant à mettre en cause des éléments importants de notre modèle de société leur reste inimaginable.  Avec entre autres le prétexte classique du « On ne peut pas être sage tout seul ». Il faudra bien pourtant, une fois.

 « Les mesures efficaces sont hors de notre portée, notre pays ne peut porter seul ce fardeau », vient d’écrire l’un d’eux. Inacceptable à mon sens d’user de tactiques dilatoires pour faire le moins possible, laissant les patates chaudes à ceux qui nous suivront. Signe d’espoir : la méthode qui consiste à traîner les pieds perdrait du terrain. Le Conseil des Etats semble prendre le contrepied du démontage de la loi sur le CO2 auquel a procédé la majorité myope (aveugle ?) du Conseil national. Et certains élus PLR (mais en Suisse alémanique à ce stade) veulent mettre le climat à l’ordre du jour du parti. On peut toujours espérer.

 

 

 

18/02/2019

Climat - Un jeune parlementaire aux réactions de vieux - Myopie, désinvolture ?

Intéressant mais regrettable démonstration de myopie - ou d'ignorance - que le billet du conseiller national Ph. Nantermod,  dans le journal Le Temps du 12 février. Article titré "conférence de conciliation" alors que son propos est parsemé de vives critiques voire d’insultes pour ceux qui ne pensent pas comme lui: il parle des « plus enragés », de ceux qui tirent « les vieilles ficelles du populisme écologiste », des "esprits culpabilisateurs et catastrophistes ». On se demande si ces malheureux vont se précipiter pour dialoguer avec le conseiller national valaisan.

Mais il y a plus grave que ces incivilités. Trop occupé, ce jeune en vue, pour se pencher sur les faits et les conclusions fermes, massivement majoritaires, des scientifiques qui étudient le climat depuis des décennies et sur l’urgence avérée de la situation. Il demande une action raisonnable qui aboutisse à des solutions, tout en disant « Les mesures efficaces sont hors de notre portée (…) Notre pays ne peut porter seul ce fardeau. » C’est le classique « On ne peut pas être sage tout seul », trop souvent entendu dans les congrès des partis de droite. Au reste, personne ne demande à la Suisse d’agir seule mais de faire sa part, ce qu’elle ne fait pas pour l’instant. Monsieur Nantermod n’emploie pas optimalement sa juvénile fougue en gorillant les autres et en adoptant des tactiques dilatoires qui laissent de manière inadmissible les patates chaudes à nos enfants. Signe d’espoir que ses attitudes de vieux ne seront pas suivies : au moment où il écrivait, le Conseil des Etats prenait le contrepied du démontage de la loi sur le CO2 auquel a procédé la majorité myope (aveugle ?) du Conseil national. Ose-t-on proposer à M. Nantermod ce qu’il recommande aux autres : réfléchir davantage.

 

 

07/02/2019

Présidence de l’Association suisse de football

 

J’ai pris connaissance avec intérêt de la candidature de Dominique Blanc à la présidence de l’ASF (24 heures du 25 janvier). Je ne suis personne dans le monde du football suisse, même si je regarde avec plaisir de nombreux matches. Toutefois, M. Blanc et moi nous sommes côtoyés alors que nous présidions, lui l’Association cantonale vaudoise de football et moi la section vaudoise de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme. La LICRA, poursuivant ses buts de respect et de compréhension, s’est alors associée au tournoi « Graines de foot » dont on sait le succès.

J’ai substantiellement apprécié l’engagement de Dominique Blanc pour les valeurs de tolérance, d’épanouissement et de partage. En particulier, j’ai admiré comment il ne mâchait pas ses mots, ni ses actions, s’agissant de s’opposer à toute manifestation d’incivilité, discrimination ou racisme, et pour refuser la violence sur et autour des stades, en n’excluant pas les mesures disciplinaires appropriées.

 Ses propos à propos des contributions du football à la cohésion sociale, à la convivialité, aux échanges – y compris fairplay bien sûr – collent précisément au souvenir que j’ai de nos contacts. Si ceux qui ont le mandat d’élire le nouveau président de l’ASF le choisissent, j’ai la conviction qu’ils ne se seront pas trompés.