26/02/2021

Climat - Les Etats-Unis reviennent, agir de concert !

 

Il faut impérativement maîtriser le dérèglement climatique, cela n'est plus contesté. Encourageant à cet égard de voir la clarté avec laquelle le président Biden empoigne ce dossier. Il l'avait promis durant la campagne, mais les promesses électorales... Or, rapidement, il prend une série de mesures (très) fortes – recrutant l’excellent John Kerry que Lausanne connaît bien. Pour avoir un fils et sa famille aux USA, mon épouse et moi avons beaucoup suivi sur CNN les évènements récents et avons eu de la peine à en croire nos oreilles le 27 janvier lors de ces annonces. Quand on sait que la majorité parlementaire dont M. Biden dispose est très "fine", le vieux citoyen intéressé à la politique que je suis a pensé qu'il appliquait la devise " La meilleure défense, c'est l'attaque" ! Quel changement après le dédain complet (c'est un euphémisme) de l'administration précédente pour la protection de l'environnement.

Dans la foulée aura lieu, lors de la Journée de la Terre du 22 avril, une rencontre de chefs d'Etat sur le climat. On souhaite que notre pays se joigne vigoureusement au mouvement pour préserver une planète vivable pour nos petits-enfants. Nous sommes tous, depuis un an, perturbés par l'irruption du covid - et, ancien médecin cantonal, je suis reconnaissant à mes successeurs et à leurs chef-fe-s de leur engagement dans une situation pleine d’incertitudes, où on "apprend en avançant". Mais il faut savoir que, sans doute aucun, le dérèglement climatique aura des conséquences bien plus graves que la pandémie, en termes de santés altérées, de vies perdues, de milieux de vie détruits, et ceci pour des décennies (des siècles !). Indispensable donc de prendre simultanément des mesures adéquates à l’endroit des deux fléaux.

En Suisse, la première priorité est la loi CO2. Les milieux liés aux combustibles fossiles ont lancé un référendum. Combat totalement d'arrière-garde...  Incompréhensible alors que le monde de la finance est clairement en train de virer sa cuti et de désinvestir ce domaine (Blackrock, des esprits éclairés de la place genevoise, des caisses de pension, vaudoises notamment, et même, timidement encore, la BNS). Au moment où les USA reviennent à bord, on veut croire que, le 13 juin, le souverain suisse ne se montrera pas timoré et plébiscitera cette loi. Comprenant que, même si elle n’est pas encore suffisante, elle est néanmoins un pas significatif de notre pays pour assumer les engagements qu’il a pris lors de la COP de Paris.

 

21/10/2020

On ne nait pas blanc, on le devient...

 
Notre Darius Rochebin national continue à faire feu des quatre fers, quatre soirs par semaine à 20h., sur la chaîne LCI. Je ne suis pas un grand fan des têtes qui dépassent, mais j'aime bien Darius. Avec son allure de gendre idéal, c'est un grand professionnel (sans doute a-t-il quelques défauts).
 
En tout cas, il a sur son plateau, sans qu'il doive beaucoup les solliciter semble-t-il, les stars que compte la République, la société civile,  les médias...
 
Récemment, l'interviewé principal était Lilian Thuram, grand footballeur, enfant de la Guadeloupe venu à Paris à 8 ans, qui s'engage depuis des années pour sensibiliser aux pentes glissantes racistes de nos sociétés, et pour éduquer à l'antiracisme, au dialogue, à la compréhension. Bonne discussion.
 
On connait la phrase de Simone de Beauvoir "On ne naît pas femme, on le devient".  Thuram publie ces jours un livre intitulé "La pensée blanche" et, sur le bandeau de couverture, il ose "On ne naît pas blanc, on le devient".
 
Certains diront que le propos n'est pas clair, de beaux esprits s'émouvront en disant qu'il généralise indûment, désagréablement...
 
Il reste que Thuram a raison. Nous sommes d'une manière ou de l'autre formatés vers un certain racisme (pas forcément éclatant bien sûr... un certain racisme). Tant il est vrai qu'il y a un biais systémique, constant, en faveur des personnes à peau blanche - et des hommes bien sûr.

06/10/2020

Un "Tumulte"..... se fait remarquer.

Je suis éminemment subjectif puisque, en toute humilité, je suis parmi la cinquantaine d'auteur-e-s de cet ouvrage encore tout chaud des presses.

Mai je constate avec plaisir que "Tumulte postcorona - Les crises, en sortir et bifurquer" retient l’attention de beaucoup.

Si vous voulez, avec ces auteur-e-s, réfléchir à ce que sera le "Monde d'après", ce qu'il devrait être, ce qu'il pourrait être...

Editions d'en bas, Lausanne , 2020 - dans les librairies.