12/05/2022

Rencontre Climat au Palais fédéral - Une première à renouveler

Le 2 mai, les président.e.s des deux Chambres invitaient leurs collègues à une première, un dialogue entre politiques et scientifiques. Dans une optique de « formation continue » des parlementaires à des problématiques urgentes, liées au dérèglement climatique et à la biodiversité. Passons sur la vision attristante d’une moitié quasiment vide de l'hémicycle, mais respect pour la dizaine d’élus de droite qui, à la différence de leurs collègues, ont estimé pouvoir améliorer encore leurs connaissances.

Même si elle n'est qu’un demi-succès, cette rencontre formelle, au Parlement même, entre politiques et scientifiques est une nouveauté significative et nécessaire. Les élus doivent bien sûr s'intéresser à tout dans la collectivité... mais, ils n'ont pas plus envie que tout un chacun d'entendre de mauvaises nouvelles. Or, en matière de climat, elles ne manquent pas, ni ne manqueront de s’aggraver si nous ne réagissons pas fort et vite.

Certains élus auront tendance à dire « chacun son métier : aux scientifiques de chercher, à nous de débattre et décider ». Malheureusement, un problème est que nous ne croyons pas ce que nous savons ! C’est plus que préoccupant : comment agir juste si on n’admet pas les faits ! Pour s’entendre sur une vision objective, des occasions périodiques de contact direct entre élus et celles et ceux qui étudient la réalité de notre milieu physique (climat) et biologique (biodiversité) seraient précieuses. On veut croire que tous nos élus le comprendront et le demanderont. Le temps presse, personne ne peut plus prendre ces enjeux à la légère.

10/12/2021

"Les arbres, nos partenaires pour le futur"

C'est le titre de la conférence donnée il y a huit jours à Echandens par le Professeur Ernst Zuercher, ingénieur forestier qui a grandi dans le canton de Vaud avant de déployer une carrière internationale, et qui enseigne à l'UNIL et l'EPFL entre autres. Il est un des scientifiques qui ont décrypté des propriétés guère imaginables (avant) chez les arbres : capacité de communiquer entre eux, par exemple à l'approche d'insectes ravageurs, émission de substances pour s’en protéger, symbioses étonnantes entre eux et avec d'autres organismes, notamment champignons, sensibilité aux phases de la lune et aux marées. C'est un académique qui dans le passé a parfois été tenu à distance par ses pairs pour ses découvertes trop surprenantes mais qui aujourd'hui est appelé dans les réunions scientifiques les plus prestigieuses.

Pour décrire les apports de la forêt au bien-être de la biosphère - et au nôtre, et l'importance qu'il y a à reboiser des zones défrichées et devenues arides pour ne pas dire désertiques (ceci avec une variété d'essences, pas de mono-culture !), il était le 2 décembre dernier à Echandens - invité par les Grands-parents pour le climat qui bénéficiaient du soutien de la Municipalité. Il a passionné l'auditoire. Son message : il faut agir dans de multiples registres pour lutter contre le dérèglement climatique et protéger la biodiversité, mais les arbres sont un élément majeur des actions à mener. « Planter un arbre et créer une forêt - Je passe à l’acte » est d’ailleurs son dernier livre. Deux autres sont "Les arbres, entre visible et invisible", qui connaît un grand succès, et "A l'écoute de la forêt", ouvrage illustré destiné aux enfants. Des cadeaux de Noël à recommander !

15/03/2021

Une Task force fédérale "Climat et biodiversité" ?

Les phénomènes alarmants que sont le dérèglement climatique et la baisse de la biodiversité préoccupent les médecins et soignants, entre autres parce que ces changements auront de sérieuses conséquences en termes de mortalité et morbidité - d'un ordre de grandeur bien plus important que les conséquences, pourtant graves, du covid.

Le 23 février dans son émission matinale d’informations, la radio "La Première" diffusait une séquence sur la demande de personnalités scientifiques, dont Marcel Tanner, président des Académies suisses des sciences, pour la création d'une "Task force climat et biodiversité" - sur le modèle de celle chargée de conseiller le Gouvernement à propos du covid. Cette dernière fait l'objet de critiques, elle privilégierait les aspects sanitaires par rapport à la reprise de l'économie. Dans l'ensemble, il parait clair qu'elle fait son travail - et, dans tous les cas, son rôle n'est pas facile, celui du Conseil fédéral encore moins.

S'agissant des enjeux liés au climat et à l'environnement sont majeurs, l'idée d'une Task force "dédiée" est très bonne, pour assurer une approche structurée et coordonnée des problèmes. Ses promoteurs soulignent que son rôle serait strictement de fournir des avis scientifiques et qu'elle ne saurait avoir des pouvoirs opérationnels (comme établir des prescriptions par ex.). Elle ne devrait pas non plus être activiste - éviter le risque du "Gouvernement par les experts " ou de la "République des Sages"... Cependant, il serait bon que son mandat inclue d’examiner les effets en termes climat/biodiversité des projets de lois mis en consultation par le Conseil fédéral - tout comme sont évaluées systématiquement leurs conséquences financières.

Soutien bienvenu : dans un communiqué de presse du 22 février, la Commission de gestion du Conseil des Etats demande que le Conseil fédéral renforce sans délai les mesures de protection de la biodiversité, ce qui a été fait jusqu’ici demeurant insuffisant.

J 'ai eu le privilège de faire partie de deux instances comparables : la Commission fédérale sida dans les années 1980-1990 et la Commission fédérale pour la médecine humaine, créée en 2003. Notre rôle, là aussi, était de conseiller mais on peut dire que les rapports et recommandations de ces commissions ont joué un rôle significatif : en procédant à des évaluations interdisciplinaires sur des thèmes sociétaux, en clarifiant les enjeux, en développant une vision à moyen et si possible long terme. Sans doute aucun, sur les questions liées au climat, mettre sur pied une telle instance ne serait pas un mauvais usage de quelques ressources.