14/12/2016

Suisses alémaniques et Suisses romands

Je lis, dans une revue médicale s'il vous plaît, cette histoire des deux Suisses condamnés à mort à Paris sous la Terreur. Le Romand passe le premier et la guillotine se grippe à deux centimètres de son cou. Il est gracié et s'en va sans demander son reste.  Même chose pour le Suisse alémanique, qui après l'échec de son exécution, dit : "Monsieur le bourreau, j'ai vu, c'est là que ça coince..."

On est sérieux, "gründlich", fiable, désintéressé, ou on ne l'est pas.

30/03/2012

La diversité, valeur suisse

Comme chaque année, le 21 mars dernier était la Journée internationale contre le racisme. Pour la sixième fois, la ville de Lausanne, avec la collaboration du canton et d’une dizaine d’associationset dans un cadre étendu aux cantons latins, mettait sur pied un programme d’animation, placé sous le titre « La diversité, une valeur suisse ». Formule particulièrement pertinente. En effet, la Suisse c’est la diversité, depuis toujours ! Linguistique, religieuse, culturelle, d’habitudes civiques et communautaires, d’environnement physique. Cette diversité s’est accrue depuis un demi-siècle par une immigration importante, qui a rendu de grands services à notre économie et nous a enrichis socialement. La différence, c’est intéressant!

 

Entre autres choses, les organisateurs offraient des sets de table attrayants sur ce thème, utilisés dans des restaurants ainsi que des cantines scolaires, contribuant à passer le message de la nécessaire compréhension entre tous les résidents de notre pays, quelles que soient leurs origines. En pratique, on peut se féliciter de ce que, le plus souvent, les choses se passent bien, que la bonne entente est à l’ordre du jour. C’est l’occasion de souligner qu'il n’y a pas une seule manière d’être « un bon Suisse », comme certains aimeraient nous le faire croire… mais ces manières sont diverses, comme l’est le pays.

 

14:24 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

01/08/2011

Fête nationale

On m'a demandé une allocution pour la manifestaton de ce soir dans mon village. Une partie des propos que cela a suscités:

D’abord, j'aimerais fair eréférence à la grande manifestation Gymnaestrada qui s’est déroulée début juillet, avec 20'000 gymnastes. Formidable de rencontrer dans les rues de Lausanne ces groupes colorés de sportifs de pays multiples et divers ainsi que, à Beaulieu, Malley et ailleurs, de voir de belles démonstrations. Une impression forte qu’on en tirait est qu’il n’est pas besoin qu’il y ait des médailles à la clé pour que le sport soit attrayant. Il n’y avait pas de classement à Gymnaestrada, pas de champion et pas d’éliminé ; les gymnastes ne gagnaient rien, mais leur engagement et la qualité de ce qu’ils présentaient étaient remarquables.. Occasion à mon sens de réfléchir à notre fréquente obsession pour la compétition, le matériel et le lucratif.

 

Parmi les valeurs promues par Gymnaestrada, il y avait « Ouverture aux autres cultures », « Convivialité » et « Transparence et respect ». Beau programme à transmettre résolument à tous les niveaux, y compris à nos enfants. De manière à nous convaincre qu’il n’y a pas lieu d’avoir peur de l’autre, du différent - ou pire de le rejeter. Observant le monde autour de nous, on voit que cette tâche n’est jamais accomplie, c’est un travail de tous les jours ! L’actualité oblige à évoquer cette tuerie en Norvège il y a dix jours, où on voit une personne de souche, qui se dit défenseur de « valeurs chrétiennes », abattre des dizaines de jeunes concitoyens, soi-disant pour lutter contre l’invasion étrangère. Pourtant, nous considérons souvent les pays nordiques comme de vrais cousins, attachés aux droits des gens, imprégnés d’une culture civique profonde. D’où le choc particulier ressenti ici… parce que cela pourrait se produire chez nous aussi.

 

Quelques mots maintenant à propos d’Erhard Lorétan, le fameux alpiniste mort en montagne en avril dernier. Benoît Aymon, le journaliste de « Passe-moi les jumelles » qui était son ami, soulignait son humilité et sa lucidité. Il dit aussi qu’Erhard Lorétan incarnait la formule « A chacun son Everest ». Belle formule en effet, chacune et chacun d’entre nous, à sa manière, nous cherchons à atteindre un sommet.

 

De plus, Erhard Lorétan citait un proverbe tibétain qui dit « Quand tu arrives au sommet, continue ton ascension ». Bien intéressante recommandation : quand on a atteint le but, poursuivre ! Je souligne que cela n’est pas dit dans un esprit obsessionnel de compétition mais bien dans un sens de croissance personnelle, chacun là où nous sommes – et en rien contre les autres. Employons-nous donc à atteindre notre Everest, différent pour chacun, ce qui illustrera que nous avons réussi quelque chose ; et, étant parvenu à ce but, que chacun continue à œuvrer positivement, vis-à-vis de lui ou d’elle-même, des autres proches ou lointains et de la société dans laquelle nous vivons.

 

17:26 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)