22/05/2018

Immortalité numérique… et biologique ?

Un des avatars de la digitalisation galopante de la société est ce qu'on peut appeler l'immortalité numérique: la persistance à très long terme (pour toujours...) des données que nous produisons maintenant par nos mails, de multiples réseaux sociaux et banques de données. Les technologies nouvelles apportent des possibilités inouïes dans la vie quotidienne, en médecine et dans tant de domaines, mais ont aussi des effets auxquels on ne s’attendait guère. Dans Les grandes questions de bioéthique au XXIe siècle, LEH Edition, Bordeaux) qui vient de paraître, le professeur poitevin Roger Gil écrit « La firme Google est totalement engagée dans la perspective de l’immortalité numérique, avec depuis 2012 Ray Kurzweil, figure emblématique du transhumanisme (…) L’immortalité numérique est aussi un moyen d’affranchir l’homme d’un corps qui l’emprisonne. Et elle n’a nul besoin de faire des hypothèses sur l’existence et le destin de l’âme. » Et Gil de relever les démarches en cours vers l’immortalité  biologique – qui sera un peu plus longue à advenir, sans doute, mais la pulsion est la même.

La question majeure, que peu débattent, est d’imaginer ce que sera une société où s’amoncellent des informations sans but ni intérêt de bon sens. Nos données personnelles, complètement anecdotiques, s’amoncellent pour nourrir le Big Data, des montagnes de scories, des mausolées que nos prédécesseurs auraient bien vite oubliés ou dont ils n’auraient pas eu conscience ni connaissance (pour leur grand bonheur). Quant à l’immortalité biologique, c’est un cauchemar. Entre autres conséquences, les enfants ne seront plus bienvenus, prenant de la place, utilisant des ressources que les immortels souhaiteront garder pour eux-mêmes.  Brave New World…

13/04/2018

Halte aux publicités pour des engins altérant gravement notre qualité de vie

Il importe que chacun s'engage pour éviter que les pollutions multiples et diverses poursuivent leurs agressions contre notre bien-être (CO2, bruit etc.).

Judicieuse démarche d'un groupe de jeunes gens engagés, qu'il faut soutenir: signez leur utile pétition, à l'adresse ci-dessous:

https://act.campax.org/petitions/la-publicite-nuit-aussi-a-notre-climat

23/01/2018

No Billag : Les incohérences des initiants

 

Une chose difficile à comprendre est que les milieux nationalistes s’engagent en faveur de cette initiative. Eux qui pourtant sont les chantres de la suissitude et de la diversité qui fait le génie de notre pays. Or, ce sont ces caractéristiques de la Suisse qui font qu’il faut éviter comme la peste de voir nos médias devenir dépendants de décisions prises, dans tels bureaux d’une métropole - alémanique ou étrangère, sur des bases de pur rendement financier. C’est ce qui arrivera si on supprime la redevance. On sait que le riche patriarche des nationalistes a pris des intérêts dans des journaux et qu’il a sa propre chaîne de télévision ; il dit défendre notre pays mais on peut craindre que ce qui l’intéresse soit une Suisse uniformisée selon ses convictions.

Des médias de service public sont indispensables si l’on entend continuer à profiter d’information et de documentaires, notamment, de la qualité de ce qui vaut aujourd’hui (que d’autres pays nous envient). Les initiants insistent sur la digitalisation rapide de la société - les gens suivent tout sur leur ordinateur. Mais ils négligent le fait que cette évolution laisse sur le bord de la route les personnes précarisées, moins instruites, qu’un affaiblissement majeur des médias de service public défavorisera encore plus...

Certaines réformes soient souhaitables mais vouloir les amener par « No Billag » est totalement disproportionné.