03/04/2022

Abbayes villageoises : Mesdames, tirez les premières !

Admettre les femmes dans ces confréries de tireurs que sont les Abbayes ? Plusieurs médias (24 heures  du 10 février, "Mise au point" de la RTS le 20 mars) se sont intéressés aux émois que suscite cette question. Dans ma commune, une jeune fille déterminée a convaincu son père de présenter en assemblée cette proposition - refusée à deux contre un.

Membre de notre Abbaye depuis 60 ans, j’ai fait partie de son Conseil et, à l'époque, ne voyais guère de problème à avoir une société monosexe. J'ai changé d'avis, parce que la société a changé. On n’accepte plus que dans les entreprises nos compagnes soient pour l’essentiel dans des fonctions subalternes. Aux Jeux Olympiques de Pékin on a vu des équipes mixtes dans des disciplines autrefois réservées aux garçons - et du hockey féminin. A Echandens même, il y a une société de tir présidée par une femme… qui ne peut faire partie de l'Abbaye comme ses collègues !

Les confrères qui ne veulent pas de consoeurs s'appuient sur l'histoire. Relevant que cet exercice de tir avait pour but de préparer les hommes à la défense contre un envahisseur. Très bien. Mais aujourd’hui… une femme qui sert le pays sous les drapeaux, formée à l'emploi des armes, est exclue d’une Abbaye qui accueille sans sourciller un homme qui n'a jamais fait un jour de service militaire. Cherchez l'erreur.

Mais surtout : si la compétition de tir en est une dimension d'importance, l'Abbaye est aujourd'hui LA Fête du village. Trois jours durant tous les trois ans, tout le monde se retrouve dans la convivialité de ce rassemblement communautaire. Un excellent instrument d’intégration. La manifestation, préparée des mois à l'avance, ne serait pas du tout la même sans les contributions majeures des femmes. Les jeunes filles sont demoiselles d'honneur et trois d'entre elles seront les reines des rois du tir. Ne pouvant jouer le jeu, elles font office de faire-valoir. Là, un point peut-être crucial ? Si les femmes deviennent membres et qu'une ou plusieurs tireuses (il y en a d’excellentes) gagnent, alors il faudrait lui associer un prince-consort, damoiseau ... Une situation où l’homme deviendrait le faire-valoir ?

Parmi les 174 Abbayes vaudoises, 98 sont aujourd’hui mixtes et 76 « derniers villages gaulois » résistent. Pour longtemps ? Dans notre région, ce qui a fait bouger les lignes, c'est quand des femmes engagées - et attachées à cette fête - ont conclu que cela n'allait plus et l’ont fait savoir ; des assemblées d'hommes ont alors changé d'avis. Au reste, si elles faisaient la « grève de l'Abbaye » en renonçant à apporter tous les services qu'elles rendent, les bons confrères seraient embêtés, c'est le moins qu'on puisse dire.

Le sens de l'histoire est clair. Vous pouvez l’accélérer, Mesdames, et sauvegarder en la régénérant la belle tradition de nos Abbayes.

18/05/2021

Surprenant, non ? Le Centre patronal et la loi CO2

Le Centre patronal, éminente organisation économique vaudoise, dit volontiers être au-dessus de la politique partisane. Pourtant, avec des formes exquisement courtoises, comme "Nous nous permettons de vous livrer nos réflexions", il utilise son réseau pour prendre parti de manière directe, en plein dans la mêlée politique (au risque de salir ses gants beurre frais ?). 

Par un courrier du 10 mai, il s'engage vigoureusement contre la loi sur le CO2 après, par son Directeur général notamment, être apparu à diverses tribunes d'opposants. Avec des arguments qui minimisent totalement l'importance du dérèglement climatique et de ses effets prochains. Alléguant que, contre toute évidence, "Notre pays est exemplaire en matière de politique climatique" (il faut le lire pour le croire) et laissant entendre que notre petite taille nous permet de nous désintéresser de ce problème mondial. Remarque scandaleuse en termes d'éthique sociale et politique.Tout de même, la Suise, par les millions de tonnes de CO2 liées à ses importations en particulier, est parmi les tout grands pollueurs et consommateurs/gaspilleurs de la planète par tête d'habitant. Vraiment triste de constater qu'un égoïsme crasse continue de régner dans certains milieux patronaux de ce pays. Il leur reste totalement étranger qu'ils pourraient faire preuve d'un peu de sérieux quant à la nécessité, pour un pays aussi prospère que le nôtre, de partager avec d'autres moins favorisés. 

Ceci serait comique si ce n'était aussi grave. Et on voit ici le Centre patronal s'opposer frontalement à certains de ses meilleur-e-s ami-e-s, Claudine Amstein, directrice de la CVCI,  Jacqueline de Quattro, Olivier Feller, Olivier Français, Frédéric Borloz, Laurent Wehrli. Triste, une fois encore..

03/12/2020

Un nouveau recteur, jeune, pour l'UNIL

Interview de Frédéric Herman, 42 ans, recteur désigné de l'Université de Lausanne, récemment dans 24 heures. Bien intéressant de voir les priorités d'une nouvelle génération d'enseignants et chercheurs accédant à de hautes fonctions de direction. Extraits:
 
A la question "Est-il encore temps de former les décideurs de demain sur des questions comme le climat ou est-ce trop tard ?", réponse: "Il faut agir maintenant. Je suis passé par des institutions techniques (prestigieuses) comme Caltech et l'EPFZ. Ce que j'ai appris à l'UNIL, c'est le lien entre sciences naturelles et sciences sociales et humaines. Je pense que la clé est dans des changements de comportements qui mènent aux prises de décisions."
 
Sur l'héritage de la rectrice sortante Nouria Hernandez: "Beaucoup sera maintenu, à commencer par ce qui a été fait pour la durabilité. Elle a beaucoup œuvré pour l'interdisciplinarité, en créant plusieurs centres dédiés. Les accents mis sur l'égalité me tiennent également à cœur (...) Je m'apprête à prendre les rênes dans des circonstances particulières. Ce doit être une occasion de repenser le monde."
 
Pratiquement: Le projet que j'ai proposé table sur les forces de l'université sur les questions économiques, juridiques, sociales, environnementales mais aussi sanitaires et médicales. Nous sommes armés pour former la génération qui doit faire face à la crise et à ses conséquences et devra répondre aux soucis de demain."