28/07/2019

Les enjeux de l’anthropocène

 

A  propos d'un ouvrage stimulant d’un auteur romand

Serge Thorimbert - La Pentecôte des robots. Editions de l’Aire, Vevey, 2018, 238 pages.

 L'auteur est un ingénieur de 59 ans, chef d’entreprise, qui cultive aussi des préoccupations d’ordre humaniste et spirituel. Il publie un livre sur l’avenir de nos rapports avec les développements technologiques.

Une notion qu'il met en évidence est l’interfaçage entre l’humain et la nature : le fait que, depuis des millénaires, la progression de l’homme s’est faite en établissant/interposant des artefacts entre lui et l’environnement - depuis la peau de bête pour se vêtir jusqu’aux dispositifs sophistiqués en nombre croissant, smartphone, prothèses etc. De manière telle à, aujourd’hui, « s’interfaçer/se distancer de la nature au point que les équilibres de la vie sont rompus. » Dans l’histoire de l’Homme : « En concomitance avec l’émergence de la conscience, le corps et le psychisme humains ont peu à peu cessé de s’adapter à leur environnement. L’homme fait partie de la nature, en dépend mais entretient avec elle un rapport ambivalent qui lui vaut de dire l’aimer autant qu’il la détruit. »

Servitude numérique. « C’est un siphonnage permanent de nos cerveaux, de notre mémoire et de notre savoir-faire, qui s’opère par transfert vers le Cloud. Tout semble concourir pour chasser l’être humain (maillon faible et coûteux) en le remplaçant par des systèmes informatisés. » L’hypothèse d’une perte de contrôle face à l’intelligence artificielle n’est plus un fantasme. Des personnes comme Stephen Hawking, Bill Gates et Elon Musk l’envisagent. 

« Nous sommes devenus démiurges en instaurant une nouvelle ‘divinité’ : omnisciente (Big Data, le Cloud), omniprésente (internet) et omnipotente (les moyens autonomes de calcul, de commande et de pilotage), dont les facultés nous dépassent. »

Penser le futur. Ce qui caractérise les années récentes, c’est la prise de conscience qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Toutefois : « Comment penser le futur ? Ceux que nous créditons comme aptes à le faire ne s’expriment que de manière sectorielle, en experts au jargon pas pleinement appréhendable. » « Même lorsque le consensus est large, voire unanime, nous sommes incapables de prendre les décisions qui s’imposent » - remarque qui s’applique parfaitement aux questions de climat et de biodiversité.

Nous n’avons pas d’autre choix, dit Thorimbert, que d’embrasser une véritable maturité - dans notre appréciation de la situation et notre volonté d’effectuer les changements nécessaires. Mais la majorité de la population n’en est pas là, sensible qu’elle est aux discours alléguant qu’il n’y a pas de problème...

Une éthique des machines ? « Il n’est pas inconcevable que les machines, dépourvues d’empathie mais aussi de cupidité et de goût du pouvoir, puissent accéder à une forme de ‘conscience mathématique’, froide mais déterminée à la préservation des équilibres de la vie sur la Terre »… Mécanisme qui nous protégerait de l’arrogance et de la mégalomanie que nous ne sommes pas en mesure de réfréner ?! « Les machines pourraient, mues par une forme de ‘réflexe’, couper les vivres de l’industrie de l’armement, de la production agrochimique, inhiber le fonctionnement de structures boursières et commerciales ».

« Le technocentrisme ne propose aucun projet de société. » Pour finir, cette citation de William Carlos Williams, médecin et poète américain (1883-1963) : « L’homme a survécu jusqu’ici parce qu’il était trop ignorant pour réaliser ses désirs. Maintenant qu’il le peut, il doit les changer, ou périr. »