18/05/2021

Surprenant, non ? Le Centre patronal et la loi CO2

Le Centre patronal, éminente organisation économique vaudoise, dit volontiers être au-dessus de la politique partisane. Pourtant, avec des formes exquisement courtoises, comme "Nous nous permettons de vous livrer nos réflexions", il utilise son réseau pour prendre parti de manière directe, en plein dans la mêlée politique (au risque de salir ses gants beurre frais ?). 

Par un courrier du 10 mai, il s'engage vigoureusement contre la loi sur le CO2 après, par son Directeur général notamment, être apparu à diverses tribunes d'opposants. Avec des arguments qui minimisent totalement l'importance du dérèglement climatique et de ses effets prochains. Alléguant que, contre toute évidence, "Notre pays est exemplaire en matière de politique climatique" (il faut le lire pour le croire) et laissant entendre que notre petite taille nous permet de nous désintéresser de ce problème mondial. Remarque scandaleuse en termes d'éthique sociale et politique.Tout de même, la Suise, par les millions de tonnes de CO2 liées à ses importations en particulier, est parmi les tout grands pollueurs et consommateurs/gaspilleurs de la planète par tête d'habitant. Vraiment triste de constater qu'un égoïsme crasse continue de régner dans certains milieux patronaux de ce pays. Il leur reste totalement étranger qu'ils pourraient faire preuve d'un peu de sérieux quant à la nécessité, pour un pays aussi prospère que le nôtre, de partager avec d'autres moins favorisés. 

Ceci serait comique si ce n'était aussi grave. Et on voit ici le Centre patronal s'opposer frontalement à certains de ses meilleur-e-s ami-e-s, Claudine Amstein, directrice de la CVCI,  Jacqueline de Quattro, Olivier Feller, Olivier Français, Frédéric Borloz, Laurent Wehrli. Triste, une fois encore..

Les commentaires sont fermés.