14/01/2020

Une découverte importante qui les étonne : y a-t-il un problème avec le climat ?...

Dans son verdict d'hier lundi dans le procès des jeunes activistes qui ont passé une heure dans le lobby de l'agence de Lausanne de Credit suisse il y a un an, le Tribunal leur accorde d'avoir agi en état de nécessité. Point d’importance majeure. Cela veut dire qu'il y avait danger imminent, pas détournable par d'autres moyens et qui menace sérieusement leurs santés voire leurs vies.

Intéressant de voir comment un certain nombre de notables, entre autres politiques et juristes, semblent découvrir qu'il y a dérèglement climatique. Sortent-ils d'un long coma, d'un séjour sur une ile perdue loin du monde? Où donc est cette urgence, demandent-ils?

Il y a là une illustration de l'attitude qui nous est actuellement trop fréquemment servie, consistant à penser que les faits scientifiques établis depuis une quarantaine d'années, sur lesquels plus des 95% de la communauté scientifique se rejoignent et dont les effets se font de sentir de plus en plus vivement (voir les incendies en Australie en ce moment, ou la fonte des calottes polaires) ne valent pas mieux que les convictions ou intuitions personnelles de chacun. Un peu court, trop simple. Mais bien sûr ces faits nous sortent de notre zone de confort.

Alors lesdits notables en restent à leurs conversations, imperméables aux dangers qui se concrétisent chaque jour un peu plus, indifférents à l'idée que ce serait mieux si nos petits-enfants bénéficiaient encore de conditions de vie vivables. Business as usual ...

11/01/2020

Les JOJ Lausanne 2020 - du hockey attrayant

Puis-je recommander chaudement de passer à Malley ces jours pour voir du hockey sur glace. Je sors de deux matchs féminins de 3x3 (3 joueuses sur la glace par équipe, plus la gardien-ne), Equipes multi-nations (même uniforme mais chacune a le drapeau de son pays au haut du dos).

Très agréable, déroulement rapide (règles simplifiées par rapport au jeu habituel), aucun temps mort. Et ces jeunes patinent vraiment bien. Rafraichissant. La Vaudoise Arena est plutôt  belle.

A voir dans les jours qui viennent. Ensuite il y a un tournoi classique (avec le Canada et les USA, alors que je n'ai pas vu de hockeyeuses de ces pays dans les 3X3). En profiter.

21/10/2019

Ces jeunes qui sont l’espoir

Les « babyboomers » parmi nous (nés au sortir de la guerre 1939-45) ont passablement travaillé. Mais ils réalisent à quel point ils ont été chanceux : il y a un demi-siècle, il était aisé de trouver un emploi, l’économie marchait. L’orientation de l’Histoire paraissait claire : le progrès - au sens que lui a donné la Révolution industrielle - avait des jours glorieux devant lui.

Ces dernières années, changement de décor. Avec des débats indispensables sur ce que progrès veut dire. Pas besoin d’être un adorateur de la nature pour refuser que l’érosion de la biodiversité continue à un rythme - à proprement parler – infernal.  A part dans des pays menés par des égocentriques désorientés, « bigger is better » n’est plus le premier commandement.  J’ai été frappé par un interview d’André Hoffmann : personne très fortunée grâce aux millions de l’entreprise quasi-familiale Roche ; sensible à la nature, son père Luc était co-fondateur du WWF, mais aussi libéral assumé au plan économique. Disant : « Le capitalisme ne survivra que s’il est capable de changer ». Dans le sens des questions que posent aujourd’hui les jeunes : « Pour quoi faites-vous de l’argent et comment ? » Et surtout : « Quel impact social est-ce que je peux avoir en travaillant pour vous ? »

Pour qui veut bien écouter la science plutôt que les « marchands de doute », il est clair que la capacité de charge de la planète est dépassée de beaucoup (nous avons épuisé au 1er août les ressources qui auraient dû nous mener jusqu’à la fin de l’année). Mais il faut compter avec les fausses nouvelles des négationnistes de tout poil.

Sur la RTS, Temps présent du 5 septembre sur les jeunes et le climat. Plaidoyer d’un jeune Fribourgeois : « La planète n’a plus d’énergie, elle est en burnout… et il n’y a pas de clinique psychiatrique pour les planètes ». Formidable, cet engagement de centaines de milliers de jeunes, ainsi à l’occasion du Sommet de l’ONU sur ce thème, le 23 septembre à New York.

Il est impératif d’agir mais des résultats suffisants (pour ne pas dépasser 1,5 degré de réchauffement) sont très loin d’être acquis. Devant la lenteur de l’action, que deviendra la motivation de ceux qui nous suivent ? Le risque, c’est la glissade vers la radicalisation violente… ou l’àquoibonisme, le « puisque tout est fichu, mangeons et buvons »… Le prochain Parlement portera là une responsabilité historique.