12/06/2020

Trois Chefs d’Etat avec du courage - Climat et corona

Pour une bonne surprise, c’est une bonne surprise, cette prise de position des Président-e-s de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche pour une politique climatique digne de ce nom (24 heures du 5 juin). Ceci alors que, avec le déconfinement, on entend trop de personnes d’importance qui voudraient nous convaincre que, même s’il y a un souci climatique, il passe largement après des intérêts à court terme. A juste titre, les trois Chefs d’Etat soulignent qu’on ne saurait opposer les défis lancés par le covid-19 et ceux du dérèglement climatique. Les uns sont aigus depuis trois mois mais - cela ne peut pas être contesté - les effets dévastateurs du virus sont bien moins lourds que ceux à venir du bouleversement climatique - en termes de vies humaines perdues ou gravement altérées.

Dans ma 80e année, j’apprécie le soin diligent qui a été pris des vieux dans la période récente, mais je crois aussi que ce que Simonetta Sommaruga et ses homologues veulent promouvoir est fondamental : « les personnes âgées doivent faire œuvre de solidarité avec les jeunes en leur laissant une planète où il vaut la peine de vivre ».

A ce stade, on a peu de garanties quant à l’étendue et au sérieux des actions que Confédération et cantons prendront en matière de climat (la loi sur le CO2 que vient d'accepter le Conseil national est menacée pas un référendum lancé par l'UDC). A noter encore que, de la même manière qu’on doit gérer conjointement les problématiques corona et climat, il s’agit dans la lutte pour le climat d’avoir une stratégie considérant adéquatement les enjeux liés aux inégalités sociales.

07/05/2020

Il ne faut pas de "retour à l'anormal" !

C'est en tout cas le sens du propos de l'économiste  Mohamed Yunus, Prix Nobel, dans le journal "Le Monde" du 6 mai. Sommes disposés à lire et écouter ?

"L’épidémie de Covid-19 est en train dinfliger à notre monde des dégâts incommensurables. Mais si considérables que soient ces dommages, cest également une occasion unique qui se présente à nous. Il ne sagit pas de savoir comment relancer l’économie. La vraie question est celle-là : faut-il revenir au monde tel quil était avant larrivée du SARS-CoV-2 ? Ou bien le repenser ?

Inutile de le rappeler, le monde davant le coronavirus nous était néfaste. Lhumanité se préparait à une avalanche de tragédies. La catastrophe climatique allait rendre la planète impropre à la vie humaine ; lintelligence artificielle nous conduisait tout droit vers le chômage de masse ; la concentration des richesses atteignait des niveaux explosifs. La décennie qui venait de commencer était celle de la dernière chance, nous ne cessions le répéter. Après elle, tous nos efforts nauraient que des effets dérisoires, insuffisants pour sauver la planète. Est-ce là le monde auquel nous voulons revenir ? Cest un choix qui ne dépend que de nous."

21/03/2020

Corona-mesures, corona-gentillesse (II)

Diriger une collectivité n'est pas simple. Voir les critiques encore récentes (on les oublie mais il y en a eu, il y a dix jours encore) de milieux qui considéraient que nos autorités perdaient le boule en en faisant trop. Je ne suis pas du côté de critiques du Conseil fédéral.

Une chose encourageante:ce que les Américains se sont mis à appeler la "corona-kindness", la corona-gentillesse. Bien bon de voir que beaucoup d'initiatives de ce genre se développement chez nous: tous ces gestes et manifestations de solidarité, d'aide de voisinage, de soutien moral, notamment à l'endroit des personnes âgées, pour leur faciliter une vie "confinée". Gestes, paroles, etc, mais bien sûr à distance et sans embrassades !....  Penser aussi, bien sûr, à toutes celles et ceux qui doivent continuer à travailler en dépit de la situation actuelle de nécessité : employés des magasins d'alimentation et boulangeries, policiers et autres chargés de sécurité, toutes celles et ceux qui oeuvrent au sein du système de santé, dans les hôpitaux, EMS, soins cabinets médicaux, sois à domicile etc.

Ce que je sais aussi, c'est que dans un mois ou quelques mois, les personnes ainsi intensément impliquées dans cette crise majeure s'en souviendront comme de leur "Guerre de Troie" : le Conseiller fédéral en charge de la santé, ses collègues du Gouvernement, en passant par les autorités sanitaires cantonales, et ceux que je viens d'évoquer. Et bien sûr, la collectivité se souviendra d'avoir été plongée dans une situation véritablement inouïe - au sens étymologique du terme.