15/11/2019

Qui sont les écoterroristes ? Appeler les choses par leur nom…

 

Voilà un avis de lecteur de 24 heures qui vaut la peine qu'on s’y arrête (E. Schaufelberger, 15 novembre, p. 11). Quelques-uns de ses éléments : « J’appelle écoterroristes (…) ceux qui depuis tant d’années biaisent avec leur argent notre démocratie directe ; ceux qui nous rabâchent les oreilles de liberté individuelle, tout en utilisant les dernières connaissances en neurosciences pour nous inciter à consommer et dépenser, dépenser encore ; ceux qui se rendent coupables d’écocide en ne prenant aucune mesure significative pour respecter l’Accord de Paris. Notre place financière, par ses investissements, est le 8e émetteur mondial de gaz à effet de serre. Les écoterroristes préfèrent condamner nos enfants, leurs enfants, plutôt que d’entendre cela. » Fortes paroles sans doute, mais c’est à juste raison que les enjeux actuels suscitent la passion.

Intéressant, non ? Il importe de poser une question naïve, à propos des jeunes punis pour avoir occupé un trottoir ou bloqué un pont durant une heure : Qui devrait être interpelé et même sanctionné, comment et combien ? La juste mesure est-elle d’infliger de lourdes amendes et des nuits au commissariat à une jeunesse inquiète ? Comment ne pas voir une disproportion plus que discutable entre les manifestations légitimes, nécessaires (et, oui, aussi « poil à gratter ») de la Grève du climat par exemple et les réactions policières et des Ministères publics avec l’objectif de protéger nos « poules aux œufs d’or », la place financière parmi d’autres secteurs qui pour l’instant ne font qu’aggraver les dérèglements écosystémiques.

N’est-il pas impératif de rendre attentive la société à des effets délétères critiques du modèle actuel de société – et de la faire évoluer ?

 

 

23/10/2019

Un capitaliste intelligent, les yeux ouverts...

J'ai du retard dans mes lectures......  24 heures du 11 octobre, en page 19, traite de la Conférence "Building Bridges" qui vient de se tenir à Genève. "La recherche de profits maximums à court terme détruit la planète", a dit André Hoffmann, vice-président de la firme Roche (dont j'ai parlé dans ma dernière inclusion à ce blog). Et d'aller plus loin: "Roche a adopté une nouvelle stratégie qui n'est plus basée sur le profit, mais sur l'amélioration de la santé des patients"..........

Magnifique ! De très longue date, depuis toujours, il est clair que, même si leur activité est de produire des médicaments qui font du bien aux malades. la logique première des pharmas est de faire de l'argent. Fondamentalement, elles fonctionnent strictement comme les marchands de canons, de cigarettes, de voitures (très) polluantesde bossons (trop) sucrées etc. :  rétribuer les actionnaires au max des max.

La démarche d'André Hoffmann est à l'évidence un pas dans la bonne direction, à notre époque d'épuisement de la planète et de dérèglement climatique. S'il était suivi par ses collègues grands patrons de multinationales, entre autres, ce deviendrait un pas absolument majeur pour notre survie dans des conditions vivables.

Le journaliste de 24 heures est sans illusion: "Mais personne n'est réellement dupe. Le chemin qu'il reste à faire est énorme (...) Qu'est-ce que cela implique pour les banques? Elles doivent fournir à leurs clients les outils pour connaître le véritable impact des portefeuilles en termes de durabilité..."

Remplacer "bigger is better" par "better is good" - ou simplement "good is good" ?

05/10/2019

Jeunes et "Grands-parents pour le climat" à l'Uni de Neuchâtel

C'est sous les titre de"De l’indignation à l'audace !" qu'une  conférence-table ronde a eu lieu à Neuchâtel le 24 septembre dernier sur la problématique climatique - devant plus de 400 personnes.

Y a été bien illustré le dynamisme des démarches lancées par des groupes de jeunes. La table ronde avec leurs représentants, six filles et garçons, a été impressionnante. Ils exemplifient la preuve par l’acte,  en consacrant beaucoup d’énergie et de temps à des actions dans des directions multiples : démarches très pratiques pour limiter le gaspillage alimentaire, permaculture, Semaines de la durabilité printanières dans plusieurs dizaines de Hautes Ecoles du pays. La plus jeune de ces personnes, une lycéenne de 15 ans de Bienne, y a instauré la « Grève du silence pour le climat ». Le vendredi, elle ne parle pas - ne participe pas aux discussions, ne répond pas aux questions… Attitude claire, disruptive mais sans fracas, respectueuse - c’est bien. Un autre est un militant affirmé dans la ligne de la désobéissance civile et d’Extinction Rébellion. A noter parmi eux un apprenti maraicher - qui démontre que la forte préoccupation n’est pas le monopole d’universitaires.

La conférence avait été ouverte par le professeur Jean-Marie Grether, vice-recteur de l’Université, institution est aussi très engagée pro-climat. Puis deux exposés : de Ellen Hertz, professeure d’ethnologie dans cette université, et Philippe Thalmann, professeur d’économie de l’environnement à l’EPFL.

Ellen Hertz s’est adressée aux seniors/retraités présents, soulignant que s’engager est une bonne façon d’utiliser le temps libre à leur disposition. Relevant que, si la colère de jeunes ne surprend pas, celle des vieux, par contre, gêne, est un scandale. En tirer profit : « Autorisez-vous à afficher votre colère, testez les limites ! », a-t-elle dit. Peut-être les Grands-parents devraient-ils être plus vifs dans leurs démonstrations ?

Philippe Thalmann a structuré son propos en discutant sept possibilités pour nos sociétés de répondre au dérèglement climatique : 1) Continuer comme maintenant (business as usual) – ce serait insensé ; 2) Procéder par améliorations ponctuelles et progressives – OK, mais très insuffisant ; 3) Corriger les « imperfections » du marché -  tenir compte notamment des coûts externes, un aspect essentiel, guider les acteurs ; 4) Corriger les « imperfections » de l’Etat – qui peine beaucoup à prendre des mesures  adéquates ou est bloqué quand il tente de le faire, court-termisme électoral ; 5) Accélérer la transition écologique – économie circulaire ; 6) «  Halte à la croissance » (rappel du Rapport au Club de Rome), et 7) Instaurer l’urgence climatique – avec des mesures suffisantes mais qui auront des dimensions dures voire autoritaires, pas aisément acceptées sans doute !

Une sensibilisation de la population en général est impérative, qui doit aussi être promue par des engagements clairs et courageux des pouvoirs publics. Il y aura certainement lieu de revoir/modifier certaines prérogatives et responsabilités institutionnelles – des parlements et gouvernements, de manière à minimiser des blocages qui ne feront qu’aggraver les problèmes.

On le voit, il y a dans la nouvelle génération une impatience, une frustration devant la lenteur des politiques, à vrai dire de la société, à admettre la réalité des faits – et leur gravité. Puis, quand ces politiques comprennent, la lenteur des processus de nos démocraties fait problème. Malgré des difficultés programmées, cette soirée a toutefois apporté un vent frais, porteur d’espoir.